24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 21:55

P1010154.JPG

C'est à ce moment-là que tout a commencé. Plus besoin d'argent pour voyager.

Un tour de France. En stop. 20 jours. 15€ dépensés.

 

Nous étions des rêveurs. Je le suis toujours.

 

Tour de France

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Tour de France
commenter cet article
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 11:13
Manger à tous les repas. Et même plus. Prendre sa douche chaque matin. Et même plus. Boire autre chose que de l'eau. Et même plus pour Antoine ^^. Dormir chaque nuit dans un lit, faire des grasses matinées. Rester devant son ordi ou la télévision. Toute la journée.
Et puis les questions des amis, de la famille : "c'était comment ?" Trop long à expliquer, ou plutôt impossible. Comment vous expliquer les émotions, les sentiments, les paysages ? Quelques photos, quelques articles, c'est un moindre mal. Mais ce n'est pas suffisant. Une seule personne peut vraiment comprendre ce que j'ai ressenti. Et c'est Antoine.
La Voix du Nord qui veut un article, puis RDL qui nous fait lever aux aurores. Un gars de l'AFP qui m'appelle plusieurs fois, sous le charme de notre expédition. Si on avait voulu, on aurait pu avoir toutes les chaînes nationales à n'en pas douter. Mais nous ne l'avons pas fait pour cela. Nous l'avons fait pour nous, avant tout.
Après quelques mois, j'ai encore des moments de nostalgie. Parfois je me demande si ce n'est finalement pas ça la vie que l'on devrait vivre, au jour le jour. 1€ par jour c'est possible. Voyager, découvrir, sans un sou en poche, c'est possible.
Je repartirai, vers une autre aventure. L'Europe m'appelle pour les prochaines vacances. L'Afrique, les Etats-Unis, l'Amérique du Sud ou la route 66 me verront un jour ou l'autre.
Et je n'oublierai pas qu'au départ de cela, il y a ce tour de France. L'une des grandes épopées de ma vie, si ce n'est la première, la véritable. Mes prochains voyages seront forcément comparés avec celui-là, et nul doute qu'il gardera une saveur particulière. J'ai vu la France, elle est belle, solidaire, compréhensive. J'ai fait quelque chose de fou et je suis maintenant fier de moi. Et de toi aussi !

J.R.

 

J’ai sûrement pesté plus d’une fois, mais merci bougre de Jeremy de m’avoir embarquer là dedans. L’aventure était belle, à n’en pas douter et ce périple à trois francs six sous nous a apporté plus qu'il nous a coûté. Pas de semaine s’écoule sans y repenser et il n’est pas rare que mes mollets frétillent ou que mon sac à dos me titille à l'idée de battre la semelle aux quatre coins du monde. Tout vient à son heure pour qui sait attendre. Le temps est venu d’aspirer à d'autres ambitions...

Mais tout est clair, évident, limpide... les plus belles choses ne s'achètent pas, elles se vivent.

 

 

A.

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Tour de France
commenter cet article
23 août 2008 6 23 /08 /août /2008 11:04

20ème et dernier jour. 20 jours de folie qui vont s’achever. On part vers 9h de nos appartements chez nos hôtes rémois. Après un petit déjeuner et une bonne douche, ils tiennent à tout prix à nous amener jusqu’au centre ville, on accepte finalement même si on n’en demandait pas tant. On les remercie bien pour cet accueil et nous voilà face à la cathédrale rémoise, un lieu chargé d’histoire.

P1010776.JPGJerem’ se fait plaisir. Quand on est historien  les cathédrales c’est une passion, mais il faut bien l’avouer celle-ci est immense et c’est la plus impressionnante que nous ayons vu.

P1010787.JPGElle représente aussi la fin du périple. On sort de la cathédrale, bonne action de la journée, Jerem’ donne notre budget du jour à une femme qui faisait la manche à l’entrée. On se promène rapidement dans la ville, peut-être un peu pressé de regagner l’Audomarois après ces 3 semaines sur la route. On stoppe à la sortie de la ville avec un panneau Laon.  Bingo, une voiture s’arrête. Une mère avec ses deux filles qui passent par Laon. On est serré dans cette voiture, je suis à la limite de la crampe, qu’importe on avance, on avance, c’est une évidence. On leur rend service en leur expliquant leur route, grâce à notre carte routière en piteux état.
Elle nous dépose à l’entrée de l’autoroute et nous donne 5 euros à notre grand étonnement. "Tenez, 5  euros pour votre dernier jour, faites vous plaisir" ! On mange notre pique - nique confectionné par nos amis rémois, quel régal ! Puis deux frères nous prennent en stop. Ils n’hésitent pas à nous faire de la place dans leur voiture même s’ils sont chargés. Direction Saint-Quentin, admiratifs, on discute avec eux, et leur accent nous rappelle notre Pas-de-Calais. Arrivée à Saint-Quentin, rebelote, on stoppe à l’entrée de l’autoroute. J’en profite pour remettre mon short, il fait beau dans l’Aisne.

P1010789.JPGAu tour d’une dame, qui va à Arras, de nous avancer un bout, elle amène sa fille, témoin à un mariage, à la gare d’Arras où elle a rendez-vous. En retard et en stress, on rend une nouvelle fois service, Jerem’, guide arrageois, explique la direction pour la gare. Panneau Nord-Pas-de-Calais, nous voilà chez nous ! Par chance la mère de Jerem’ est à Arras en début d’aprem. On en profite, on ne va pas se compliquer la vie le dernier jour. On décide quand même de faire le dernier Km à pied du Mac Do de Longuenesse à la grand-place de Saint-Omer, nos Champs-Elysées. Les derniers mètres sont euphoriques, on nous prend sûrement pour des touristes, alors que nous sommes chez nous, avec le sourire bien évidemment. Pari réussi, trois semaines pleines, un dernier cliché sur la grand place puis on se boit un verre en terrasse avec le comité d’accueil présent.

P1010798.JPG

A.


Je pense que j'ai rarement autant pris plaisir à regarder la mairie de Saint-Omer. Ce n'est pourtant pas la cathédrale de Reims mais ça avait encore plus de saveur ! Ce que je retiens également de cette journée, c'est l'accueil des parents de Kathy alors que nous étions des inconnus pour eux. Et le fait qu'on ait pu se doucher, déjeuner et bénéficier d'un sachet-repas pour le midi témoigne de leur très grande générosité, comme la plupart des personnes que l'on a rencontrées au cours de ce périple.

J.R.

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Tour de France
commenter cet article
22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 10:58

Comment retrouver vite les sensations de notre tour de France ? Pas facile après deux jours où l'on s'est retrouvé dans la société de consommation ! Mais la pluie et le stop vont nous aider...(façon de parler)
Ce sera une matinée et une après-midi de merde. Certes, nous avons le petit-déjeuner, certes nous sommes propres et en grande forme. Mais le premier problème est le stop. Les Français ont décidé qu'aujourd'hui, jour 19, ils ne s'arrêteront pas ! Alors on va ramer !

P1010769.JPGCela commence à la gare de péage de Dijon, où ma tante nous dépose. Position attente...l'objectif c'est d'arriver à Troyes ! Heureusement on décolle après une heure. Le pire est à venir. Une gare de péage dont mon cerveau a préféré oublier le nom afin de ne pas souffrir. 30 minutes, une heure, une heure et demie, deux heures... Rien. Hormis des voitures qui passent et qui repassent encore sans nous voir. La pluie est fine mais on a un abri. Un peu de musique même. Antoine est à la limite du craquage, moi j'y crois encore. Mais on finit par bouger.
On fait bien, une dame nous prend sur le rond-point suivant et nous dépose à l'entrée de Troyes. Reste à savoir où aller... On marche un peu, beaucoup pour arriver sur une rocade...(l'ennemi de l'auto-stoppeur) Le temps se couvre... le pire est encore à venir.
Antoine propose de traverser un champ pour rejoindre un endroit convenable pour faire du stop. Les chaussures deviennent boueuses, le temps prend de plus en plus la même couleur. On avance vers un rond-point, la pluie commence à tomber de plus en plus fort. Pas d'endroit pour s'abriter. C'est le drame, une "drache" comme on dit chez nous, une espèce de pluie d'orage. Un jeune homme ayant un peu de compassion s'arrête mais il nous dit qu'il nous dépose quelques mètres plus loin, au prochain rond-point... C'est le drame, lui-même ne veut pas nous laisser sortir tandis que la pluie redouble (je ne pensais pas que c'était possible une pluie pareille !). Antoine prend l'initiative (clap  clap), on sort de la voiture...
C'est la course pour sortir nos sacs. Dans ma tête c'est un nouveau drame pour savoir ce qu'on va faire là, au bord de la route, sans abri, sous la pluie. Et là, miracle divin. Une voiture s'arrête alors que le jeune homme n'est pas encore parti. On pose les sacs dans le coffre et c'est (re-)parti pour l'aventure !
Kathy et Gilles, retenez bien ces deux prénoms, ce sont nos anges-gardiens. Il est déjà 18 heures, on hésite sur ce qu'on fait ce soir. Il pleut toujours (pas cool pour camper !) J'essaie de forcer le destin, je raconte l'histoire de cette dame qui nous héberge à Bordeaux... ^^ Mais Kathy est seule ce soir, Gilles travaille. Ils ne veulent pas d'ennuis. Mais ils nous proposent de venir manger chez eux ! Hum ! Oh que oui on accepte l'invitation !

P1010771.JPGUn repas divin après une dure journée, rien de tel pour nous re-gonfler le moral. Et puis Kathy nous fait une surprise. "J'ai trouvé un endroit pour vous dormir ce soir !" Grand sourire jusqu'aux oreilles pour nous deux, pauvres pêcheurs d'avoir insulté la terre entière toute l'après-midi. Ce sera chez les parents de Kathy. On a notre propre chambre, la télé, un deuxième dessert...

P1010772.JPGC'est pour des journées comme cela que j'ai voulu faire ce tour de France. Et autant vous dire que ce soir là on apprécie encore plus les efforts consentis dans la journée...
Demain ce sera Reims et le retour là-haut....ça passe tellement vite !

J.R.

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Tour de France
commenter cet article
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 10:52

Après un  réveil assez mou, à regarder les JO, on se met en route. Aujourd’hui on s’attaque à Dijon. Dijon et sa moutarde bien évidemment. A part ça la ville m’est totalement inconnue. On prend la voiture à notre disposition pour notre séjour bourguignon pour rejoindre la capitale des ducs de Bourgogne. On arrive d’abord sur la place Wilson et sa fontaine puis on rejoint le centre piétonnier.

P1010740.JPGC’est une sorte de retour à la civilisation, on va à la Fnac ..  Sensation bizarre. On en profite pour écouter un peu de musique, un peu de Coldplay pour ma part. Le bonheur. Jerem’ s’achète quelques bouquins sur l’histoire des Etats-Unis.  On consomme, chose qu’on n'a pas fait depuis quelques semaines. On déambule tranquillement dans les rues, sans les kilos sur notre dos, c’est agréable.  Nous voilà face à l’hôtel de Ville et au Palais des ducs de Bourgogne sur la place de la libération.

P1010741.JPGDirection ensuite le Musée des Beaux Arts. En pleine rénovation, l’entrée est gratuite, on en profite pour faire notre premier musée, même si la France était pour nous depuis le début un immense musée à ciel ouvert. Jerem’ agrémente la visite de commentaires et d’anecdotes historiques, importantes pour un novice en histoire comme moi.  Puis vient la salle du tombeau des ducs de Bourgogne. Quelques  clichés pour Jerem’ et on ressort pour déambuler dans le quartier historique de Dijon, un peu Bobo.

P1010746.JPGLe rythme de ces deux derniers jours n’est pas très soutenu, nous sommes en étape de repos, qu’importe, on profite quand même bien de la belle petite ville de Dijon avant de regagner Saint-Philibert.
Le séjour bourguignon s’achève. Nous mangeons et dormons chez la Mireille ce soir. Encore un festin, on ne change pas les bonnes habitudes, on retrouve le Robert, la Sylvie, l’oncle à Jerem’ et toute la compagnie. Après des au revoir et des remerciements, on se couche, chacun sa chambre, le grand luxe.
( Un grand merci à tous nos amis Bourguignons pour l’accueil, l’hébergement, les festins, et les blancs-cass., ce fut un plaisir )

A.


Dijon fut une bonne surprise pour moi. Je ne m'attendais pas à une ville aussi agréable, aussi historique, aussi culturelle. Et puis l'accueil qui nous a été fait fut extraordinaire, je me couche une nouvelle fois avec un petit mal de ventre après un nouveau festin.

J.R.

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Tour de France
commenter cet article
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 10:46

La nuit a été un peu agitée. Les lardons (ou l'alcool pour Antoine ^^) nous ont donné bien soif. Lorsque je vais dans la cuisine, le chien est surpris, aboie et commence à accélérer. Je fais de même... et me réfugie dans la chambre avec le précieux litre d'eau !
Le plaisir c'est de pouvoir glander dans le fauteuil. C'est fou comme ça fait du bien parfois. Alors, même si les épreuves des J.O. sont souvent un peu chiantes ou si les médaillés d'or nous sont inconnus, on s'en fout !  On regarde la télé comme un drogué en manque d'une dose. Surtout, un petit déjeuner et une bonne douche nous requinquent grandement. Bon, on bouge ?
C'est parti pour découvrir la Bourgogne. J'ai quelques notions après mes nombreuses visites dans la région. Gevrey-Chambertin, bienvenue dans les vignes. A perte de vue, Antoine observe le précieux cépage que l'on retrouvera un jour dans son foie (^^).

P1010733.JPG

Et puis en avant la culture, on se rend à l'abbaye de Citeaux, dont ma prof d'histoire de l'art m'aura fait la pub. Etonné, on analyse le rythme de vie des moines. Antoine pense qu'ils sont fous, personnellement je me dis que cela doit être reposant pour l'esprit !

P1010734.JPGA midi, on mange avec mon parrain dans une friterie, l'occasion pour moi de retrouver un bon Américain !

En route vers Beaune, l'étape du jour. Nous apprécions le calme de la ville après la bruyante capitale des Gaules. Les toits des maisons bourguignonnes sont richement décorés (un peu bizarrement parfois). Et nous nous posons sur les remparts de la ville.

P1010737.JPGCalme, repos mais toujours des découvertes : le rythme des vacanes a évolué. Surtout que le stop c'est fini, mon parrain nous a prêté sa voiture. Alors forcément ça change... Ce ne sont plus les même vacances !
Au soir, habitude bourguignonne, on mange (liquide pour Antoine ^^) jusqu'à en avoir mal au ventre...tomates farcies, riz et gâteau : ça nous change du pain !

J.R.

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Tour de France
commenter cet article
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 10:40

Levés au petit matin. Nous venons de dormir sous la tente pour la dernière fois mais ça, nous ne le savons pas encore. Le péage de l’autoroute n’est pas très loin. On commence le stop en espérant qu’un bon nombre de personnes partent à cette heure matinale travailler sur Lyon. Coup de poker gagnant ! Un homme, presque la cinquantaine, part travailler, et accepte gentiment de nous amener jusque Lyon. Il nous dépose près d’une des gares de la ville lyonnaise, en faisant au passage un petit détour. Premier constat en arrivant, la ville est immense, tout comme la zone industrielle. Nous voilà à Lyon, avant 9h .. Nous allons pouvoir profiter de la ville. On se trouve un plan à l’office de tourisme et direction le vieux Lyon, classé à l’UNESCO s’il vous plaît .

On se pose près du théâtre romain, on se croirait presque à Lugdunum. On monte ensuite à la cathédrale Saint Jean qui surplombe la ville.

P1010701.JPGLa colline Fourvière ne nous fait pas peur puisque nous avons déjà à notre actif d’autres ascensions bien plus difficiles. Quelques clichés, on ne change pas les bonnes habitudes.

P1010723.JPGOn passe le Rhône et la Saône avant de découvrir la fresque des Lyonnais célèbres.

P1010727.jpgUn petit plaisir pour le midi, on dépense presque 5 euros chacun soit un tiers de notre budget final pour un kebab. On se promène, on déambule .. Lyon est à nous. Direction ensuite la gare pour sortir de cette immensité. 3 euros de train et Villefranche sera notre arrêt, on aura quand même au passage pris la SNCF pour des cons. On décide de rejoindre l’entrée d’autoroute pour faire du stop et pourquoi pas, si la chance nous sourit, arriver à Dijon ce soir. On n'est pas les seuls à faire du stop, on rencontre notamment un gars qui vient de Perpignan et qui remonte sur Paris. Chanceux, on est pris les premiers.

Deux jeunes nous proposent de nous emmener. On voit vraiment de tout quand on fait du stop. Ils nous expliquent qu’ils vont porter du linge à des copains en prison et qu’ils ont des copains en prison un peu partout … On roule en belle petite Seat louée et au passage trafiquée pour ne pas faire trop de km ! Et ne pas payer trop cher la location ! Le chauffeur roule comme un dingue, fait des appels de phare pour doubler, roule au milieu, à droite , à gauche … Je n'ai personnellement jamais vu ça, mis à part dans le film Taxi … Pendant ce temps là, le passager nous raconte qu’il faut aller à la frontière espagnole, dans les bars à prostituées avec 200 euros… Ils nous proposent de nous emmener jusque une entrée d’autoroute, mais doivent aller porter du linge en prison. Problème, ils n’ont pas de papiers d’identité sur eux (le chauffeur roulerait-il sans permis ? ) Jérémy est contraint de se présenter à la prison avec ses papiers (nous aussi faut qu’on rende service ), malheureusement ce n’est pas le bon jour pour porter le linge. Notre petite balade va bientôt s’arrêter après un «tu vois, c’est là qu’on a cambriolé» qui nous aura étonnés. Un notaire nous prend ensuite (on voit de tout je vous dis) pour nous emmener près de Saint-Philibert, lieu de notre point de chute. Juste avant la pluie, une dernière voiture nous emmène, un habitant de Saint Philibert qui roule en express, Jérém’ à l’avant , moi allongé à l’arrière. Ils sont sympas ces Bourguignons !

On attend que l'oncle de Jérém' revienne du boulot. Il faut dire que nous sommes là en avance. La Bourgogne c'était pour demain, mais le stop c'est pas vraiment une science exacte.  On va alors chez son copain, le Robert et sa femme la Sylvie. ( oui en Bourgogne , c'est comme ça qu'on dit , on dit pas " ch'..." comme chez nous mais " le ..." bref ). On est reçu comme des rois. Quelques bières pour moi .. c'est dur de refuser là-bas. Quelques blanc cass' ..et un énorme repas  (tartiflette avec de la viande !)  Des bons vivants ces Bourguignons ! On rigole bien, on se prend une tartine de fromage dans le visage. Des bons blagueurs ces Bourguignons. On va ensuite se coucher pour une nuit bien méritée en espérant se lever sans mal de tête le lendemain pour ma part.

A.


C'est ce qu'on appelle une journée de fou...

J.R.

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Tour de France
commenter cet article
18 août 2008 1 18 /08 /août /2008 10:31

Aujourd'hui un programme de compétition : Avignon et son pont, Orange et son théâtre. Et le tout sous un  beau soleil qui décide de nous accompagner un temps sur le chemin du retour.
La nuit à Tarascon s'est bien déroulée, comme beaucoup de nuits depuis le départ. Pourtant c'est sans doute ce qui nous fait le plus peur. Antoine pense déjà le matin à où va-t-on dormir ce soir ? Compréhensible. Les champs et les vergers sont bien agréables, cette nuit c'était des pommiers, quelques petits lancers en perspective !
C'est parti pour Avignon. Une dame nous prend assez vite. Ex-Parisienne venue chercher le soleil (tiens donc ^^), elle nous dépose dans la cité des Papes. On peut donc observer le Palais (immense) et on avance vers le Rhône. Nous avons donc fait les quatre grands fleuves français durant notre séjour, peu commun en trois semaines de vacances. Nous observons également les Alpes et bien sûr le Mont Ventoux. Puis l'emblème de la ville, le pont !

P1010683.JPGAntoine refait son spécial ! Moral au beau fixe, nous en profitons pour nous poser le long du Rhône. Mais on ne s'attarde pas de trop, il faut avancer assez vite vers Orange.
Pourquoi Orange ? Cela ne ressemble guère aux autres villes que l'on fait. C'est assez petit, il n'y a pas grand chose pour plusieurs guides touristiques. Et pourtant... Cette ville va nous marquer et nous allons même marquer cette ville ! Nous arrivons par l'intermédiaire du gars typique qui prend les autos-toppeurs : camionnette et grand voyageur. Il nous parle de la Mongolie tandis que je goûte au plaisir d'un matelas, tranquillement installé à l'arrière du véhicule !
Nous commençons par une visite assez rapide du centre-ville pour arriver au théâtre. Petit, j'y étais déjà passé. Et je me rappelais que l'on pouvait l'observer en grimpant sur la colline qui surplombe la ville. Notre conducteur nous confirme mes souvenirs. C'est parti pour une belle montée sous un soleil de plomb. Ce n'est pas le Mont Ventoux mais c'est sûr qu'on se dépense ! Un point de vue agréable sur le théâtre mais pas assez pour Antoine qui décide de chercher mieux. Et quelques mètres en contrebas c'est gagné ! La vue vaut bien la montée.

P1010688.JPGThéâtre romain typique, ça impressionne. Il y en avait du monde qui allait au théâtre à l'époque !
On redescend vers le centre-ville, on va se chercher à manger... Attention, attention, l'exploit du jour ! Un kébab, à qui j'explique mon histoire, me dit oui ! Il va nous faire quelque chose. Là, c'est la fête ! Mais ça n'est pas terminé. Il explique son histoire à un homme qui est devant le restaurant, celui-ci travaille à Vaucluse-Matin et semble intrigué. Il nous propose de nous asseoir à ses côtés. Comme souvent, nous racontons notre histoire, mais cette fois-ci pour les médias. Pourquoi cette aventure ? Où dormir ? Où manger ? 1€/jour, mais vous êtes fous ? ^^ Toutes les questions que se sont posées les gens que l'on a rencontrés au long du séjour reviennent. On raconte nos anecdotes, nos moments de galère, nos coups de coeur. C'est un peu le préambule de ce blog ! Entre deux souvenirs évoqués, on déguste notre kébab. Cette journée semble vraiment très bien partie !
Forcément, on garde un très bon souvenir d'Orange. Il reste l'arc de triomphe, celui-là même où mes soeurs et moi avons catégoriquement refusé de prendre une photo étant plus jeunes. Mais les temps ont changé, mon intérêt aussi, le voilà en image !

P1010689.JPGL'après-midi sera plus galère. Une dame avec son bébé nous permet de sortir assez rapidement de la ville. Puis nous nous retrouvons sur la nationale direction Lyon. On essaie de prendre de l'avance pour demain, il y a tout de même 200 km au programme... On se retrouve stoppé dans un village. Après quelques dizaines de minutes on reprend notre marche quotidienne. Pas bien longtemps, un individu arrêté sur le côté demande où l'on va. Et lui part à Lyon ! Sans hésitation, on grimpe dans la voiture. Cet homme d'une trentaine d'année me fera bien rire. Il essaiera de prendre des raccourcis, d'éviter les bouchons présents sur l'autoroute. Mais sans GPS ou carte, cela ressemble à du suicide. Je me retrouve co-pilote alors que l'on approche dangereusement des Alpes ! Torse-nu il nous fait sourire quand il répond à sa copine : "oui mon bébé, oui moi aussi je t'aime"... C'est en toute fin d'après-midi que l'on se retrouve à Tain , dernière escale de la journée. Une entrée d'autoroute est juste à côté de l'endroit choisi pour dormir. Un verger pour changer. J'ai récupéré un peu de nourriture dans une boulangerie de grande surface. Rodé comme jamais on dort assez vite pour être le plus en forme possible pour l'immense journée de demain.

P1010691.JPGUn point sur nos dépenses : 6€50 pour moi, 6€90 pour Antoine...on va pouvoir se lâcher à Lyon !

 

J.R.

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Tour de France
commenter cet article
17 août 2008 7 17 /08 /août /2008 10:05

Ahhh Marseille ! Pour moi qui supporte le PSG c'est une ville un peu spéciale. Son soleil, sa Canebière et puis ses Marseillais !
La journée démarre très fort : deux jeunes qui rentrent de boîte s'arrêtent et nous amènent un bout plus loin. Ils sont assez drôles, ils viennent d'aller "tirer leur grosse" selon leurs propres mots et sont totalement étonnés par notre périple. Ils insistent pour nous filer de l'argent et comme nous sommes bien élevés... Limite on va revenir avec plus d'argent que quand on est parti ! Ces quelques euros viennent alimenter un tronc commun qui nous permettra d'aller boire un coup à leur santé dans le Nord Pas-de-Calais ! La chance nous sourit, deux gars nous prennent très vite. Le second va aux marchés aux puces et nous propose d'aller y faire un tour : "il y a de tout et pas cher" (lire avec un accent marseillais et du pays !) Lui aussi nous donne de l'argent...fait-on pitié ?
A 11 heures on arrive à Marseille grâce au dernier stop de la journée. Lui il m'aura marqué. D'origine tunisienne il revient du marché aux puces. Avec lui, toutes sortes de discussions, notamment politiques et sur sa famille. Assez ouvert d'esprit il explique qu'il a bien vécu et qu'il en a profité. Ses meilleurs moments dans la vie : "les colonies de vacances". Et bien sûr Marseille est la plus belle ville du monde ! Même si c'est des feignants !
Il nous dépose sur le vieux port et nous donne un melon. Antoine n'aime pas, je suis donc obligé de le manger seul ^^

P1010618.JPGLa journée va être excellente et le soleil n'y est pas étranger. Grosse chaleur et une ville qui vaut la peine que l'on s'y attarde. Le vieux port tout d'abord que l'on aura visité de long en large. Puis une remontée fantastique vers Notre-Dame de la Garde et sa vue sur toute la ville.

P1010646.JPGDeux jeunes filles nous demandent de prendre une photo. On accepte et on en profite pour demander la même chose. Les photos à deux sont assez rares !

P1010648.JPGLe vieux port, la Bonne-Mère, reste bien sûr la Canebière ! Une rue commerçante en réalité. On décide de se poser sous le soleil au fort Saint-Nicolas. La journée suit ensuite son cours avec l'arrivée devant la cathédrale !

P1010661.JPGComment sortir de la ville ? Une question que l'on se pose souvent ! Je pense bien sûr au stop mais Antoine veut prendre un billet de train pour descendre une ou deux stations plus loin... Je suis quelqu'un d'arrangeant, j'accepte. On entre dans la gare et là : immense foutoir ! Du genre à la marseillaise ! Les trains pour Paris qui devaient partir à midi sont encore là (il est 16 heures !), les gens sont parfois allongés par terre. On observe M6 et une radio locale qui sont présents. Ca sent bon pour nous ! On observe les trains qui partent dans la direction d'Avignon, l'étape de demain. C'est le prochain qui est annoncé partant. On n'hésite pas, fraude ! Dans le train nous écoutons les personnes qui râlent, celles qui partent  à Montpellier et qui arriveront en soirée. Le contrôleur ne sait plus où donner de la tête. Et pour nous rassurer un peu plus, quelqu'un n'a pas composté son ticket et vient le voir : "attendez je vais le faire" et hop il déchire à la main les tickets : "voilà c'est composté !"
Tarascon, notre terminus aujourd'hui. Nous ne sommes plus très loin d'Avignon et on a passé l'une des meilleures journées du séjour. Certes, le soir, Marseille l'emporte 4-0 devant Auxerre mais nous sommes loin du Vieux Port maintenant ! La route du retour est entamée...

J.R.

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Tour de France
commenter cet article
16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 09:57

Après ce séjour agréable, on se remet en route, Montpellier, Nîmes et Marseille en ligne de mire. L’oncle de Jérémy nous amène gentiment jusqu’à l’entrée d’autoroute. Du monde, du monde mais trop de touristes, l’ennemi de l’auto-stoppeur. On attend une heure avant qu’une dame accompagnée de sa fille nous propose de nous emmener. Elles ont un avion qui les attend à Montpellier, mais malgré ça elles nous prennent en stop. En retard, warnings enclenchés, on roule sur la bande d’arrêt d’urgence dans les bouchons, on double et on se fait klaxonner par les personnes qui ont refusé de nous prendre, ce qui nous fait légèrement sourire, on est rancunier peut être. On a choisi la bonne voiture, on arrive rapidement à l’aéroport de Montpellier, légèrement excentré. Un gars en vacances chez un copain nous approche un peu plus près du centre. On marche encore un petit peu, on croise des confrères auto-stoppeurs (petit signe amical de la main) et nous voilà au cœur de Montpellier près de la place de la Comédie.

P1010581.JPGAgréable surprise, sceptique au début, la ville de Rémy Gaillard (quelle référence !) et de Rabelais (c’est mieux) vaut en réalité le coup d’œil. Après La Comédie, on se dirige vers l’arc de triomphe, et l’esplanade du Peyrou.

P1010584.JPGOn en profite pour faire une photo (poing levé) à l’endroit même où la célébrissime photo de Jean Moulin a été prise.

P1010596.JPGDirection ensuite la cathédrale Saint Pierre. Sa façade principale est très spéciale et la cathédrale sera sans doute la plus originale que l’on ait vu.

P1010601.JPGOn se « perd » ensuite comme on sait si bien le faire, dans les petites rues pentues de Montpellier. Agréable promenade sous le soleil. L’heure tourne, on prend la direction de la sortie. Une longue ligne droite nous attend. Direction Nîmes. Quelques kilomètres plus loin, une voiture s‘arrête. Le gars, à peine 30 ans, nous avait déjà vu stopper le matin au péage à 100 km d’ici. On doit sûrement l’intriguer. On lui raconte notre périple. Voyageur aussi, le Cambodge, le Tibet , etc …il connaît. Il accepte gentiment de nous déposer dans le centre de Nîmes, c’est sur sa route. Rencontre sympathique, il se gare même en double file, et nous paye un verre près des arènes. C’est du grand luxe pour nous. On discute avec lui, mais on ne tarde pas, il est pressé. On se fait de grands signes pour dire au revoir, c’est fou les rencontres qu’on peut faire. Je ne sais pas combien de personnes on a pu rencontrer ces deux premières semaines mais je dois sûrement pas en rencontrer autant en une année. Jerem’ accoste deux personnes âgées avec classe pour demander une direction, on a le contact plutôt facile. On visite le centre de Nîmes, la Maison Carrée et les inévitables et très touristiques arènes où l’on prend avec fierté quelques clichés.

P1010608.JPG

Des jeunes nous demandent d’où on vient, et éclatent de rire quand on leur dit qu’on vient du Pas-de-Calais. Pas sûr qu’ils savent placer ce département sur une carte, c’est le bout du monde pour eux . On réussit à trouver à manger. Une affiche me fait sourire à la boulangerie. Une association de Chtis de Nîmes organise un moules frites. Dommage c’est pas pour aujourd’hui, on aurait pu y manger à coup sûr. Ils sont fous ces chtis. On sort de la ville assez rapidement grâce à un gars qui est impressionné par ce qu’on fait. On décide de planter la tente à côté de vignes.
 Demain c’est Marseille ! Marseille ?! On est des fadas ..

 

A.


Une journée qui aura défilé à toute vitesse. Ce que je retiens c'est cette dame qui fait une vingtaine de kilomètres sur la bande d'arrêt d'urgence et qui se cache sur la troisième file lorsque les gendarmes arrivent. Montpellier est vraiment très agréable, la visite de Nîmes est un peu rapide. Et puis cette boulangère qui m'offre à manger en expliquant qu'elle en a marre de donner à des Roms... Rencontres et découvertes une nouvelle fois au menu !

 

J.R.

Repost 0
Published by milevjeryleron - dans Tour de France
commenter cet article

Plus De Blogs