26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 09:14

Je ne connaissais pas George Cukor avant que ma passion cinématographique ne se révèle. Depuis, je l’ai retrouvé à de nombreuses reprises et il est normal d’écrire une petite filmographie sélective. Réalisateur fétiche de Katharine Hepburn (10 films ensemble), George Cukor reste célèbre pour ses comédies, avec une préférence pour My Fair Lady et Indiscrétions.

 

Les romances

 

Camille (1936) : 12/20.Titre français : Le roman de Marguerite Gauthier. Avec Greta Garbo et Robert Taylor.

 

Adaptation de La dame aux camélias, l’histoire d’amour difficile d’une jeune femme et d’un homme riche, très vite attirée par un homme plus jeune. Pas de grand surprise et une romance classique, qui ne vaut que pour l’adaptation du livre.

 

Pat and Mike (1952) : 13/20. Titre français : Mademoiselle gagne-tout. Avec Katharine Hepburn et Tracy Spencer.

 

Un manager du sport rencontre une professeur capable de tout gagner, enfin seulement si son poisseux de mari n’est pas là ! Manquant de rythme parfois, et le couple Hepburn-Spencer me choque toujours un peu.

 

Bhowani Junction (1956) : 15/20. Titre français : La croisée des destins. Avec Ava Gardner et Stewart Granger.

Bhowani Junction Ava Gardner Stewart Granger Georges Cukor

Une fresque historique sur l’Inde au moment de la décolonisation. La place des métisses, les intouchables, Gandhi, les terroristes. Rien que pour le côté historique, ce film mérite une médaille ! L’histoire de Victoria Jones, métisse, à la recherche de son identité dans un monde en mouvement. L’un des meilleurs films que j’ai vus sur l’Inde.

 

Les comédies

 

Adam’s Rib (1949) : 9/20. Titre français : Madame porte la culotte. Avec Katharine Hepburn et Tracy Spencer.

 

Deux époux se retrouvent face à face dans une affaire de justice. Hepburn défend une femme (Judy Holliday) qui a tenté d’assassiner son mari. Teinté de féminisme, ce film dispose cependant d’une mauvaise morale. Et la relation entre les deux époux laisse peu de place aux surprises. Une déception.

 

Born Yesterday (1950) : 15,5/20. Titre français : Comment l’esprit vient aux femmes. Avec Judy Holliday et William Holden.

Born yesterday comment l'esprit vient aux femmes judy holli Un homme d’affaires empêtré dans les magouilles se sert de la stupidité de sa femme. Mais bientôt gêné par ses remarques imbéciles, il décide de l’éduquer avec l’aide d’un journaliste. Seul problème : elle prend goût à la culture ! Film sympathique, parfois très drôle, avec la voix d’Holliday qui peut vous marquer à vie.

5 fois nominé aux Oscars, meilleure actrice pour Judy Holliday (l’année de Sunset Boulevard et Eve !).

 

Les Girls (1957) : 12,5/20. Avec Gene Kelly.

 

Une comédie musicale un peu fade, un peu fabriquée pour Gene Kelly qui occupe la plus grande place de l’intrigue. Où est la vérité ? se demandent les membres d’un tribunal où un conflit oppose deux danseuses d’une troupe menée par Kelly. Difficile de la trouver, même à la fin du film.

3 nominations aux Oscars.

 

Let's make love le milliardaire Marylin Monroe Yves MontandLet’s make love (1960) : 14/20. Titre français : Le milliardaire. Avec Marylin Monroe et Yves Montand.

 

Je partais avec un mauvais préjugé sur ce film. Et ce fut une agréable surprise. Montand joue le rôle d’un milliardaire sûr de lui, capable de tout avoir (avec son argent). Et lorsqu’il essaie d’obtenir Monroe, en se faisant passer pour quelqu’un d’autre, il voit la difficulté qu’il a pour l’obtenir. Beaucoup d’humour, des grands noms (Bing Crosby, Gene Kelly) et une fin un peu bateau. Mais le tout ne manque pas d’envergure.

 

 

 

 

Le drame

 

A star is born (1954) : 15,5/20. Titre français : Une étoile est née. Avec Judy Garland et James Mason.

 A star is born une étoile est née judy garland george cuk

Remake du film de Wellman (1937), l’histoire d’un couple du cinéma, d’un haut et d’un bas. Un acteur tout en haut de l’affiche, qui tombe petit à petit dans l’alcoolisme. Et une toute nouvelle actrice qui vole vers les sommets. Un air de The Artist, en mode très dramatique. La vision du monde du cinéma y est très dure.

6 fois nominé aux Oscars.

 


Les deux chefs d’œuvres

 

The Philadelphia story (1940) : 16/20. Titre français : Indiscrétions. Avec Katharine Hepburn, Cary Grant et James Stewart.

The Philadelphia Story Indiscrétions James Stewart Cary Gr Fille de la haute société de Philadelphie et de fort tempérament, Tracy Lord (Katharine Hepburn) a gardé peu de temps son premier mari, le playboy C.K. Dexter Haven (Cary Grant). Deux ans plus tard, elle est sur le point de se remarier avec un homme d'affaires en vue, ce qui intéresse au plus haut point le magazine Spy, à qui Dexter promet les entrées nécessaires à ses deux reporters, le journaliste Macaulay Connor (James Stewart) et la photographe Liz Imbrie (Ruth Hussey).

J’aime beaucoup la prestation de James Stewart, vraiment drôle avec un côté dilettante (Oscar du meilleur acteur). C’est une comédie rafraîchissante, avec quelques répliques cultes. Nominé à l’Oscar du meilleur film, du meilleur réalisateur et de la meilleure actrice.

 

My Fair Lady Audrey HepburnMy Fair Lady (1964) : 17/20. Avec Audrey Hepburn et Rex Harrison.

 

C’est selon moi son chef d’œuvre. Film de George Cukor, adaptation de la comédie musicale du même nom, elle-même inspirée par la pièce de George Bernard Shaw le Pygmalion. Audrey Hepburn interprète Eliza Doolittle, fleuriste londonienne, qui tente de parler correctement, et sans accent. Le film est souvent très drôle, bien emmené par le duo Hepburn-Rex Harrison. Les chansons sont entraînantes, les dialogues rythmés. 8 Oscars (!) dont le meilleur film.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon classement des réalisateurs-acteurs (totalement subjectif)

 

1. Jacques Audiard : 16/20 (5 films)

2. Billy Wilder : 15,55 (11 films)

3. Charlie Chaplin : 15,29 (7 films)

4. Clint Eastwood : 15,25 (10 films)

5. Frank Capra : 15,07 (7 films)

    Quentin Tarantino : 15,07 (7 films)

7. Les frères Coen : 14,88 (13 films)

8. Stanley Kubrick : 14,82 (11 films)

9. Sofia Coppola : 14,5 (4 films)

    Audrey Hepburn : 14,5 (8 films)

11. Alfred Hitchcock : 14,32 (11 films)

12. Howard Hawks : 14,29 (7 films)

13. George Cukor : 13,95 (10 films)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs