9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 11:44

Les préliminaires c'est bien gentil, mais il est temps d'entrer véritablement dans le vif du sujet ! Allez, je vous emmène dans cette drôle de ville, et dans ma drôle de vie. Addis Abeba, c'est avant tout pour moi ma colocation couchsurfing. Vous me connaissez, je n'aime pas payer pour un hôtel, préférant dormir gratuitement. C'est ce que je fais encore une fois ici, avec l'aide de ce merveilleux site qu'est Couchsurfing. La chanceuse s'appelle Valérie, une Allemande de 24 ans. Elle travaille dans une ONG (elle passe notamment son temps à nourrir des vers de terre... oui, chacun ses passions!). Elle n'est pas la seule dans ma coloc...

Addis Abeba, les premiers pas

Logiquement il n'y a que deux chambres. Mais nous sommes cinq depuis mon arrivée ! A gauche, Yayé, un Éthiopien très sympa, qui travaille sur le même projet que Valérie. Il est celui qui connaît tout, et pour cause, c'est un local. Je peux lui poser des questions sur les prochaines élections ou la situation de l’Érythrée, ou sur le bus que je dois prendre pour aller à l'ambassade, il répond toujours présent ! Mitja est le plus à droite. Allemand lui aussi, il est le colocataire officiel de Valérie. Il est arrivé au début du mois de mars. Enfin, partiellement caché, Daniel, le dernier Allemand, qui lui habite normalement au milieu du pays. Il travaille sur un projet de ruches pour le GIZ (équivalent de l'alliance française) et connaît le pays comme sa poche puisque cela fait des années qu'il est là.

Les conditions de vie sont plutôt convenables. Attention, on est loin des standards occidentaux : pas de frigo, pas d'eau chaude, et régulièrement des coupures d'électricité ou d'eau ! Du coup la bougie est souvent notre amie. Pas d'internet non plus (faut pas déconner!).

Addis Abeba, les premiers pas

Addis Abeba, c'est le retour dans une ville du sud. C'est la circulation infernale, c'est les bus qui roulent vite et où on s'entasse à 20 (pour 15 places). C'est la pollution. Oui, je sais, Paris est polluée. Mais ce n'est pas pareil. A Addis, tu la vois, tu la sens. Tu reviens le soir chez toi avec un kilo de poussière dans le nez. Tu enlèves ça, ton pif est en sang. Un tramway est en cours de construction (coucou la Chine), ça devrait arriver pour cette année (et ça risque de changer un peu les choses!).

Addis Abeba, les premiers pas

Addis c'est aussi le siège de l'Union Africaine. C'est donc une ville de diplomates, de cravates, de sièges sociaux. Et qui est en face de l'Union Africaine ? Coucou, Total !

Addis Abeba, les premiers pas
Addis Abeba, les premiers pas

De ce fait, les inégalités en ville sont vraiment impressionnantes. Sur les deux premiers jours, j'ai vu 100 mendiants (en étant 20 minutes en tout et pour tout dehors). C'est bizarre, il y a quelques semaines on m'a posé la question de savoir où j'avais vu le plus de pauvreté. Et je n'avais pas la réponse, je n'avais jamais été vraiment choqué. Je sais que l'Inde en choque plus d'un, mais moi je n'avais pas d'exemple, même pas au Burundi. Pour ça, Addis Abeba est choquant. Des handicapés, des aveugles, des enfants, une forme sous une couverture dont seule dépasse la main. Certains viennent vers toi, d'autres ne bougent pas, lui ne peut plus. Le nombre d'enfants prêts à cirer tes chaussures pour quelques birrs est pharamineux (Lucas like this). Comme tu es le blanc (le « frengie », l'Occidental, également la même signification que « muzungu » en Afrique de l'Est), tu es riche. Et comme tu es riche, le mendiant vient vers toi. Et comme tu es étudiant, tu te sens mal. Histoire sans fin, et avec peu de solution rapide.

 

Addis Abeba c'est aussi des trucs bizarres. Tout d'abord, je n'ai pas vu un seul cafard (et ça, c'est vraiment bizarre!). Les voitures locales sont très amusantes, on repart dans le passé ! Des Ladas, des Coccinelles de VW (en grand nombre!), des vieilles Peugeot (504) et Renault (Renault 4). J'ai même vu une Kangoo !

Addis Abeba, les premiers pas
Addis Abeba, les premiers pas

Du côté des conditions de vie, les prix sont faibles, les bus coûtent dix centimes en moyenne. Un très bon gros plat coûte deux euros. Mais tu peux manger pour un. Un kilo de bananes coûte cinquante centimes.

Autre point important : les filles sont magnifiques ! Les plus jolies Africaines (d'assez loin), et sans aucun doute l’Éthiopie est dans mon top 3 pays (en compagnie de la Pologne et de la France!).

 

Enfin, le week-end dernier je suis allé voir Lucy. Non, aucun rapport avec Scarlett Johansson ! Je veux bien sûr parler du fossile datant d'environ 3,2 millions d'années, longtemps considéré comme l'espèce à l'origine de la lignée humaine ! Bon, Lucy peut paraître dans un sale état, mais pour une femme de 3,2 millions d'années, elle reste plutôt bien conservée ! Découverte en 1974 à Hadar, elle est aujourd'hui entreposée au musée national d’Éthiopie.

Addis Abeba, les premiers pas
Addis Abeba, les premiers pas

Demain c'est Pâques (orthodoxe), du coup c'est férié, du coup pas d'internet avant lundi ! Mais je vous raconte ça très vite. Au plaisir

Partager cet article

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Ethiopie
commenter cet article

commentaires

Plus De Blogs