8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 09:52

Avant de parler de l’Éthiopie, il faut d'abord localiser le pays, car pour plusieurs d'entre-vous, c'est l'Afrique. Et l'Afrique c'est un espèce de truc uniforme, assez loin, et plutôt dangereux. Non, Ebola n'est pas en Éthiopie, et pour cause : je suis dans la Corne de l'Afrique.

L’Éthiopie, c'est différent

Oui, le pays est sacrément bien entouré : la Somalie à l'Est, l’Érythrée au Nord, le Sud-Soudan à l'Ouest.... ça fait rêver ! Le Yémen n'est pas très loin non plus ! Bon, de ce fait, la carte du ministère des affaires étrangères est la suivante : ne pas se rendre aux frontières !

L’Éthiopie, c'est d'abord l'alphasyllabaire éthiopien. Derrière ce nom barbare se cache un alphabet barbare, le ge'ez. Ainsi Éthiopie s'écrit : ኢትዮጵያ. Autant vous dire tout de suite que je n'essaierai pas d'apprendre cet alphabet, moi qui galère déjà assez pour apprendre l'allemand ! La langue d'Addis Abeba est l'amharique, mais il y a 13 langues qui sont parlées par au moins 1% de la population (66 langues en tout dans le pays!!). Oui, ça semble être un peu compliqué, mais vous n'avez encore rien lu !

 

En Éthiopie, nous sommes en 2007. Oui, car selon l'église orthodoxe locale, Jésus est né en l'an 9 du calendrier grégorien (le 6 ou 7 janvier, le Noël orthodoxe). Pour faciliter la chose, le premier jour de l'année est notre 11 septembre. Mieux, il n'y a pas 12 mais 13 mois ! On suit le calendrier lunaire, et le treizième mois compte 5 ou 6 jours. Attention, voici le clou du spectacle : les heures ne sont pas les mêmes ! Elles suivent le soleil : la journée commence ainsi à 6h. C'est à dire que lorsqu'il est 8h du matin selon moi, il est 2h selon les Éthiopiens. Bref, je vous écris en ce mardi 7 avril 2015 à 20h22 alors qu'on est officiellement ici le 29 Makawit 2007 à 2h22.

 

L’Éthiopie c'est différent. L'histoire notamment. Homère dans son Iliade évoque déjà les peuples du sud de l’Égypte, tandis que les Égyptiens mènent des expéditions dans ce territoire. L’Éthiopie est le deuxième royaume à se convertir au christianisme (après l'Arménie). L'église orthodoxe sera religion d’État jusqu'en 1974. Je pourrais détailler l'histoire du pays pendant des heures, mais je vais me concentrer sur la période la plus contemporaine. Tout d'abord, l’Éthiopie n'a pas été colonisé. Et ça, c'est une grande fierté nationale ! Les Italiens ont pourtant essayé, mais le 1er mars 1896 ils sont décimés lors de la bataille d'Adoua (c'est encore aujourd'hui un jour férié!). Ils sont bien revenus lors de la période fasciste (1936-41), mais ils n'ont pas vraiment laissé une énorme trace ici (il y a bien le « ciao » utilisé parfois pour dire au revoir, très pratique pour moi!).

L’Éthiopie, c'est différent

L’Éthiopie, c'était dans mon imaginaire l'empereur Haile Sélaissie. Le type arrive progressivement au pouvoir au cours de la décennie 1920, et il dirige le pays de 1930 à 1974 ! Rien que ça ! Bon, il a fait l'année de trop (la décennie?) et il finit renversé par un coup d’État militaire mené par le Derg. S'en suivent presque deux décennies communistes, et sanglantes. Entre les massacres et les famines, l’Éthiopie devient l'un des pays les plus pauvres du monde (oui, chanson pour l’Éthiopie, Usa for Africa, tout ça tout ça). 

L’Éthiopie, c'est différent
L’Éthiopie, c'est différent

Depuis 1991, le Front Démocratique Révolutionnaire du peuple éthiopien est au pouvoir. Le pays s'est officiellement « démocratisé » (à savoir qu'il y a des élections, avec un parti qui a fait 99% en 2010... les prochaines élections ont lieu en mai, et ça devrait être à peu près la même chose). Une démocrature en quelque sorte.

L’Éthiopie est plus ou moins en guerre en Somalie contre les shebab (oui, les mêmes que ceux qui ont perpétré l'attaque contre l'université kényane). L’Éthiopie est en guerre froide avec l’Érythrée (pays qui s'entend mal avec tout le monde, et qui a eu la bonne idée d'attaquer l’Éthiopie alors que le pays venait de lui octroyer son indépendance...). Bref, c'est un pays où le militaire à la côte, où le policier est partout, et où tu as interdiction de prendre en photo la moitié des monuments. Les services de l'immigration sont horribles pour l'ensemble des Occidentaux que j'ai rencontrés, et la liberté de commerce ou les investissements sont très sérieusement limités.

Hormis cela, c'est le deuxième pays le plus peuplé d'Afrique : 95 millions d'habitants ! L'indice de développement humain est faible (173ème) et je suis clairement dans un pays pauvre. Cependant l’Éthiopie bouge, et une croissance à deux chiffres a permis un beau développement sur la dernière décennie. Niveau climat, ça diffère sérieusement selon la région (6 zones climatiques!). Addis Abeba est situé à plus de 2 000 mètres d'altitude (pas de palu), il fait donc chaud mais pas trop (25°C la journée) et toujours beau jusqu'à maintenant (la saison des pluies commence en juin).

Bon, je pourrais encore développer deux heures, mais je veux en garder pour la suite. Reste que le pays abrite le Nil bleu (et que les barrages poussent comme des champignons, demande d'électricité oblige). Enfin, l’Éthiopie c'était pour moi, et depuis bien longtemps, une terre d’athlétisme. Quand on pense 5 000 m, 10 000 m ou marathon, on en arrive toujours à parler du Kenya et de l’Éthiopie. Alors j'ai les images d'Haile Gebreselassie et Kenenisa Bekele en mémoire. Mais ces « souvenirs éthiopiens » sont maintenant remplacés par beaucoup d'autres...

L’Éthiopie, c'est différent

Partager cet article

Repost 0
Published by Phileas Frog - dans Ethiopie
commenter cet article

commentaires

Plus De Blogs