16 juin 2019 7 16 /06 /juin /2019 19:59

Il y a des pays dont nous ne savons rien. Prenez en Europe la Moldavie par exemple. Un point sur la carte, un drapeau, une équipe pas terrible lors des éliminatoires de la Coupe du Monde de football. Qui habite là-bas ? A-t-on déjà rencontré un Moldave ? Qui est le premier ministre ? C'est quoi l'histoire ? C'est connu pour quelque chose ? Pour la plupart d'entre nous, il n'y a pas de réponse à ces questions. C'est l'inconnu. Le Guyana, en Amérique du Sud, c'est la même chose. Déjà, les gens confondent la Guyane et le Guyana. La Guyane est une région française, le Guyana est un pays indépendant. Qu'est-ce qui s'y passe ? Même en Guyane on ne sait pas ! Il y a bien des rumeurs "Georgetown est dangereux", "faut faire attention" etc. Mais c'est souvent des "on dit". 5 jours devant nous. Allez, en route !

Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange

Clairement, ça fait un peu expédition. Nous traversons le Maroni en pirogue pour rejoindre le Surinam. 2 heures 30 de route pour arriver à Paramaribo. Le temps de se recharger en sushis et de perdre quelques dollars au casino... La suite, c'est 5h de route à travers les canaux et les polders du nord du Surinam... sacrés Néerlandais ! Ils voient de l'eau, ils font des canaux ! (enfin ce sont surtout les esclaves qui les ont faits...).  Nous arrivons à la frontière, Nickerie, où la douane est... fermée ! Bon, c'est embêtant. Nous apprenons également que le bateau qui fait la traversée ne fonctionne pas le jour même. Oups. On aurait peut-être du regarder avant ! Le lieu est bizarre, la douane, 4 maisons, et de la forêt. Mon collègue Augustin décide d'aller voir dans les maisons, il trouve les douaniers, l'un d'eux sort et vient faire nos tampons. Deux moments gênants : il me regarde et dit "on se connait !". Euhhhhhh. Il me montre un tampon sur le passeport de l'aéroport de Paramaribo, et me dit "c'est moi qui l'ai fait !". Apparemment je ne passe pas inaperçu au Surinam ! Deuxième moment gênant lorsqu'il nous glisse "vous auriez pas quelque chose pour que je puisse le donner à mon commandant, une bière peut-être ?" Euhhhhh. C'est un appel à la corruption ? Bon, il est un peu timide dans sa corruption, nous résistons. Les tampons sont faits. On reprend la route vers "nouveau Nickerie" (ils ne se font pas chier pour trouver le nom des lieux ici !). Et là c'est une nouvelle pirogue pour enfin entrer au Guyana, nous franchissons la rivière Corentyne (Corentyne c'est ça ?) et nous voici à Springlands !

Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange

Springlands et ses plages de rêve.

Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange

Springlands et sa douane moderne.

Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange

D'entrée nous avons une vision un peu apocalyptique du Guyana ! C'est le pays le moins développé d'Amérique du Sud si l'on regarde les statistiques. On est en plein dedans ! 3 heures de route de plus, on passe à côté de New-Amsterdam (aucun rapport avec New York) et on débarque enfin à Georgetown. Nous avons choisi un petit hôtel sans prétention...

Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange

Avec moi, mon coloc Tim, et mes deux collègues Pierre et Augustin. Un voyage entre mecs à travers le pays le plus connu du coin pour ses prostituées... Bon, on n'y est pas pour ça !
Direction le coeur de la ville avec le marché de Stabroeck (l'ancien nom de la capitale). Un bâtiment sympa vu de devant... l'arrière est plus défoncé.

Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange
Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange

Les petits marchés sont partout les mêmes dans le monde ? Non, clairement pas ! J'imagine par exemple très mal une vente de tortues sur un marché de Provence.

Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange

De façon générale les animaux ont un traitement très différent des normes européennes. Les chevaux sont utilisés comme engin de transport, les boeufs, les ânes, les chèvres et même un cochon traînent aux alentours ou sur la route ! Certains disent parfois que les chiens sont mieux traités que les hommes dans nos sociétés.... pas partout, clairement !

Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange

Le centre-ville de Georgetown est connu pour son architecture coloniale. Le parlement et la cour de justice sont des bons exemples.

Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange
Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange

Bon ça a l'air propre et bien entretenu... c'est plutôt des exceptions. Ainsi la mairie, avec fenêtres manquantes et fissures... les travaux devraient commencer prochainement ! (on parle quand même de la mairie de la capitale du pays)

Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange

Le musée national est une plongée dans le temps... au sens propre ! J'imaginais découvrir l'histoire du Guyana, l'épisode de la colonisation britannique après le départ des Hollandais, peut-être un peu d'histoire améridienne... et je me retrouve avec un musée qui date de la période coloniale ! Des vieilles cartes, des vieux panneaux, des trucs bien glauques qu'on n'ose plus faire aujourd'hui (pleins d'animaux empaillés, des foetus...) Hummm

Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange

Il faut être honnête, le Guyana est un pays étrange, et Georgetown est à son image. Pensez, plus de la moitié de la population du Guyana est originaire d'Inde. Etrange sensation que de se balader dans Georgetown et de reconnaître Bombay ! Comment est-ce possible ? Retour à la période coloniale...

Après avoir aboli l'esclavage en 1833, les Anglais mettent en place l'indenture, un statut de travailleur engagé : concrètement, des Indiens d'Inde sont recrutés et envoyés dans les colonies britanniques en Afrique et en Amérique. Pourquoi eux ? Ils sont plus dociles et respectueux de la discipline que les Africains, ils ont l'habitude de travailler sous la chaleur et dans cet environnement, et ils coûtent beaucoup, beaucoup, beaucoup moins cher que les Européens !

Cöté histoire, il y a également le temple du peuple ! Une secte créée par un révérend américain dans les années 1950 qui décide d'acheter des terres au Guyana et de faire déménager ses fidèles là-bas. En 1978, après avoir fait tuer un membre du congrès américain venu enquêter, le révérend oblige tous les fidèles à se suicider... 910 morts, principalement par empoisonnement au cyanure...

Bon, y'a pas que ça hein ! Mais c'est vrai que les informations sur le pays et sur la ville restent limitées malgré notre présence sur place. On va faire un peu la fête avec les locaux... dans l'aile d'un supermarché (avec de la musique qui rend sourd !), on regarde la finale de la Ligue des Champions dans un pub où on croise quelques Blancs, on se retrouve aussi dans un bouchon un peu fou, où un camion est en travers (on apprendra plus tard que le camion a tué une piétonne et que les habitants en colère ont mis le feu au camion !).

Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange

Qu'est-ce qu'on en retient de ce voyage ? C'est qu'importe la ville ou le pays, c'est toujours sympa de partir avec les copains. Alors nous avons fait la fête au retour à Paramaribo, Surinam et on est reparti à Saint-Laurent du Maroni, autres lieux de l'étrange. Allez, je finis avec le drapeau du Guyana, comme ça vous l'aurez vu !

Le Guyana, des Indiens d'Inde au pays de l'étrange
Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs