17 mai 2021 1 17 /05 /mai /2021 16:08

Aujourd’hui, comme partout ailleurs en France, il suffit de regarder un monument. Inauguré le 17 juillet 1921 (après une souscription qui rapporte 4 565 francs sur les 5 600 du coût total), le monument aux morts rend hommage aux trente-quatre hommes, souvent très jeunes, partis défendre leur patrie... et qui ne sont pas rentrés.

Les morts houllois de la première guerre mondiale
Les morts houllois de la première guerre mondiale

1914

- Charles Mahieu est né le 28 janvier 1891 à Houlle, il est manouvrier et effectue son service lorsque  la guerre est déclarée. Membre du 16ème bataillon de chasseurs à pied, il est tué au combat le 6 août 1914 à la ferme de Trembloy à Labry (Meurthe-et-Moselle) à quelques kilomètres de sa garnison. Oui, 3 jours après le début du conflit... c'est le premier d'une longue série pour le village. Son acte de décès n’est toutefois daté que du 16 juillet 1920, près de six ans plus tard, à la suite d’un jugement du tribunal civil de Saint-Omer.

- Joachim Caroulle est né le 18 janvier 1887 à Houlle, il est ouvrier agricole. Membre du 9ème bataillon de chasseurs à pied, il est disparu le 30 août 1914 à Le Préféré (Ardennes) d'après un avis officiel du 9 décembre 1914. Les disparitions sont nombreuses sur le champ de bataille pendant la guerre 14-18, laissant souvent les familles dans une attente abominable. Sur sa fiche de renseignements militaires, on dit qu'il est « décédé antérieurement au 15 mars 1915 de blessures de guerre ». Il est « inhumé par les soins des autorités allemandes ». Un avis du 21 mai 1915 le déclare finalement décédé le 30 août 1914 à Le Préféré, sur la commune de Saint-Loup-Terrier (Ardennes), avant que le tribunal civil de Saint-Omer confirme le décès lors d’un jugement le 25 juillet 1919. Près de cinq ans d’attente et de démarches pour sa famille.

- Eugène Blérard est né le 13 avril 1891 à Houlle, il est camionneur. Membre du 61e régiment d'artillerie, il est décédé le 27 septembre 1914 à Epernay (Marne) de blessures de guerre au cours d'une reconnaissance avec son chef d'escadron. Il obtiendra la médaille militaire à titre posthume (18 juillet 1919) tandis que 150 francs de secours sont versés à son père François.

- Adrien Devin est né le 29 novembre 1892 à Houlle, il est cultivateur et effectue aussi son service lorsque la guerre est déclarée. Il est membre du 151ème régiment d'infanterie (à Verdun) et il manque à l'appel le 22 août 1914 à Nieuport (Belgique), « présumé disparu ». Le jugement déclaratif de décès sera rendu le 5 janvier 1921 par le tribunal de Saint-Omer, fixant le décès au 27 octobre 1914 (pourquoi cette date ? Mystère).

- Henri Calonne est né le 9 juin 1893 à Houlle, il est mineur (il a déménagé à Méricourt dans le canton de Vimy avant son service). Incorporé au 33ème régiment d'infanterie pour son service militaire, il est tué à l'ennemi « du 13 au 18 septembre 1914 » au combat de Bétheny (Marne).

- Arsène Duchataux, et non Duchateau comme sur le monument aux morts. Pourquoi cette erreur ? Car Arsène n'est pas du village (il est né le 16 août 1894 à Menneville dans le canton de Desvres), il réside néanmoins à Houlle (je vois que c'est un pupille des hospices du Pas-de-Calais) et est ouvrier agricole. Incorporé au 9ème bataillon de chasseurs à pied, il est signalé disparu à la Harazée (Marne) le 17 décembre 1914 et son décès est fixé à cette date par un jugement rendu par le tribunal de Saint-Omer le 3 juin 1920.

 

1915

- Joseph Léon Henri Douriez (il est appelé Henri malgré le fait que ce soit son troisième prénom, pour le différencier de son frère Joseph et de son oncle Léon!). Il est né le 9 septembre 1892 à Houlle, et effectue son service au 43ème régiment d'infanterie. Il y décède le 14 janvier 1915 (des suites de blessures? Pas plus d'info sur sa fiche militaire).

- Édouard Bernière est né le 20 janvier 1892 à Moulle, mais il habite Houlle : il est batelier. Il effectue son service militaire au 1er régiment du génie à Versailles et passe Caporal le 13 mars 1915. C'est toutefois une nomination tardive car il a été évacué blessé au bois Bolante la veille et meurt le 16 mars aux Islettes (Meuse) de blessures au combat. Il obtient la médaille militaire avec une citation : « excellent caporal, très courageux et très brave, entraînant ses hommes par son exemple ».

- Victor Fenet (ci-dessous) est né le 14 août 1893 à Raismes (Nord) et il est boucher à Calais. Que vient-il faire sur le monument de Houlle ? Sa maman, Marie Gugelot, réside à Houlle chez sa belle-sœur, et il a passé ainsi une partie de son enfance dans le village. Il fait partie du 151ème régiment d'infanterie lorsqu'il est tué à l'ennemi au bois de la Gruerie (commune de Vienne-le-Château, Marne) le 2 avril 1915.

Les morts houllois de la première guerre mondiale

- Alfred Delobel est né le 31 octobre 1893 à Serques. Il est cultivateur et habite Houlle. Incorporé au 166ème régiment d'infanterie pour son service, il est disparu au combat à Marchéville(-en-Woëre) (Meuse) le 8 avril 1915 (jugement du tribunal de Saint-Omer du 5 janvier 1921).

- Aimé Lefebvre est né le 2 août 1894 à Houlle. Il est ouvrier agricole lorsqu'il part pour le 4ème régiment de Zouaves. Il décède sur le champ de bataille de Lizerne (Belgique) le 2 mai 1915. On précise sur son acte de décès transcrit le 16 mars 1916 : « nous n’avons pu nous transporter auprès de la personne décédée et nous assurer de la réalité du décès en raison des circonstances de combat ».

- Charles Caroulle est né le 22 août 1893 à Houlle. Il est ouvrier agricole. Il fait partie du 8ème régiment d'infanterie et disparaît le 5 mai 1915 à Bois d'Ailly (commune de Han-sur-Meuse, Meuse). Son décès est confirmé par un jugement du tribunal de Saint-Omer le 5 janvier 1921.

- Delphin Castier est né le 9 février 1874 à Houlle, il est ouvrier agricole. Membre du 281ème régiment d'infanterie, il est tué à l'ennemi au combat d'Angres (Pas-de-Calais) le 12 août 1915. « Nous n’avons pu nous transporter auprès de la personne décédée et nous assurer de la réalité du décès par suite du feu intense de l’ennemi » d’après la transcription du décès le 30 juillet 1916. Oui, un an plus tard…

- Achille Caron est né le 23 juillet 1889 à Houlle, il est marinier. Il est sapeur-mineur au 3ème régiment de génie et est tué à l'ennemi le 25 septembre 1915. Il est inhumé au cimetière militaire de Moscou, aujourd’hui Berry-au-Bac (Aisne). Son décès est retranscrit à Houlle le 18 avril 1917, 19 mois plus tard, en raison d’une erreur dans son identité (il est confondu avec un Caron de Rouen).

A. Delaunay (Un mystère ! Est-ce Adolphe ? La date de décès correspond à l'ordre chronologique, mais aucun lien avec Houlle!)

- Léon Outreman est né le 16 décembre 1888 à Houlle. Il exerce la profession de manouvrier agricole. Membre du 208ème régiment d'infanterie, il disparaît le 5 octobre 1915 à Souain(-Perthes-lès-Hurlus, Marne). Son décès est fixé au lendemain, 6 octobre 1915, par un jugement du tribunal de Saint-Omer du 7 août 1920.

 

1916

- Louis Bodart est né le 14 décembre 1874 à Moulle, il est cultivateur et s'est marié à Houlle en 1897. Son dossier militaire est original, car il est réformé pour hypertrophie cardiaque pendant son service militaire par le conseil de Lille le 10 août 1894. La guerre arrivée, il est déclaré « bon absent » par le conseil de révision du canton de Saint-Omer (c'est à dire qu'il ne s'est pas présenté au conseil... et devient dès lors « bon pour le service armé »). Il passe au 8ème régiment d'infanterie le 3 avril 1915 mais... est réformé à nouveau pour une commission de réforme le 15 mai 1915 toujours pour hypertrophie cardiaque. Il décède à Moulle le 3 février 1916. Pourquoi est-il sur le monument ? Est-il revenu blessé ? Son décès est-il en lien avec sa participation à la guerre ? Le « CL » à côté de son nom signifierait qu'il a été promu caporal. (il ne figure pas sur le site mémoire des hommes, est-il réellement mort pour la France ? Ça ne figure pas sur son acte de décès).

- Léon Dégardin est né le 6 octobre 1883 à Zutkerque, il est ouvrier agricole. Il habite Houlle à partir de 1911 et entre dans le 208ème régiment d'infanterie pour la guerre. Il disparaît le 25 février 1916 à Douaumont (Meuse) d'après un avis officiel du 17 mars 1917, un jugement du tribunal civil de Saint-Omer confirme le décès le 9 octobre 1918.

- Adolphe Castier est né le 6 décembre 1895 à Houlle, il est cultivateur. Il est incorporé pour son service au 67ème régiment d'infanterie et est tué à l'ennemi sur les lignes intermédiaires le 21 juin 1916 au bois Fumin (Meuse). Il est cité à l'ordre du régiment : « soldat courageux glorieusement tué à son poste de combat le 21 juin 1916 en repoussant vaillamment une attaque ennemie » et reçoit pour ceci une croix de guerre. Son père reçoit un secours immédiat de 150 francs.

- Emile Caroulle est né le 6 août 1894, il est ouvrier agricole. Membre du 97ème régiment d'infanterie, il décède le 21 juillet 1916 à l'hôpital militaire Bégin de Saint-Mandé (Seine) d'une plaie pénétrante à la poitrine en plus d'un syndrome méningitique. Emile Caroulle est le frère de Joachim, décédé en 1914, et de Charles, décédé en 1915... Imaginez un peu la vie des deux parents (Joachim et Catherine) alors que deux de leurs enfants sont encore au front : le deuxième Charles est évacué malade quelques jours plus tard (6 août 1916) mais tiendra le coup quand Alphonse survivra à ses quatre années de guerre.

- Jules Vanelle est né le 7 juin 1886 à Béthune, mais il habite Houlle en tant que batelier. Membre du 3ème régiment du génie, il décède de blessures de guerre dans une ambulance à Elinchem (Etinehem, Somme) le 11 septembre 1916 (il est blessé la veille, fracture jambe droite, plaie à la face et à la main gauche par éclats d'obus).

- Maurice Fenet (ci-dessous) est né le 15 janvier 1887 à Raismes. Oui, c'est le frère de Victor, tombé en 1915. Il habite Houlle et exerce la profession de charretier. Il est nommé sergent le 14 mars 1915 dans le 162ème régiment d'infanterie et décède le 26 septembre 1916 dans une ambulance au secteur 32 (Bray sur Somme). Il fait l'objet d'une citation « excellent sergent toujours volontaire pour les missions périlleuses, s'est conduit d'une façon remarquable pendant l'attaque du 25 septembre 1916 faisant l'admiration de tous, a été blessé mortellement en arrivant un des premiers sur la position ».

Les morts houllois de la première guerre mondiale

- Maurice Blérard est né le 28 juillet 1896 à Houlle. Il est ouvrier agricole. Appartenant au 33ème ou 233ème régiment d'infanterie, il est tué à l'ennemi (éclats d’obus au coude et au côté gauche) à l’ouest de Chaulnes (Somme) le 10 octobre 1916. Un secours de 150 francs est envoyé à son père. Une médaille militaire lui est donnée à titre posthume « soldat très courageux et très brave au feu, tombé glorieusement pour la France, le 10 octobre 1916, au cours d'une attaque à Chaunes. Croix de guerre avec étoile d'argent. »

 

1917

- Maurice Devin est né le 29 septembre 1884 à Houlle, il est cultivateur. D'abord réformé, il est finalement envoyé au 165ème régiment d'infanterie le 25 février 1915 mais il est à nouveau réformé moins d'un mois plus tard (23 mars) pour albuminurie (symbole de dysfonctionnement rénal). Il décède à Houlle le 14 mars 1917. Est-il considéré comme mort pour la France ? (pas sur le site mémoire des hommes, pas sur son acte de décès).

- Cyprien Outreman est né le 1er novembre 1891, il est ouvrier agricole. Membre du 110ème régiment d'infanterie, il disparaît à Craonne (Aisne) le 16 avril 1917. Il est présumé prisonnier d'après un avis officiel du 3 juin, puis son décès est fixé au 16 août 1917. Un jugement du tribunal de Saint-Omer du 29 juillet 1921 replace la date du décès au 16 avril 1917. Cyprien est le frère de Léon, décédé en 1915.

- Maurice Mesmacre est né le 4 octobre 1893 à Houlle, il est cultivateur. Membre du 33ème régiment d'infanterie, il est blessé le 29 août 1914 à Sains Richaumont (Aisne). Puis il passe caporal en 1914 puis sergent en 1915. Il est à nouveau blessé par balle à la cuisse droite le 28 février 1916 à Mesnil-les-Hurlus (Marne). C'est au sein du 1er régiment d'infanterie qu'il disparaît le 17 avril 1917 à Craonne (Aisne), le lendemain de Cyprien Outreman.

- Clément Merlier est né le 1er avril 1892 à Houlle, il est mécanicien. Il est intégré au dépôt des équipages de la flotte à Cherbourg mais est réformé le 28 décembre 1914 pour mal de pott (en lien avec la tuberculose). Il décède à Houlle le 24 août 1917. Mort pour la France ? (pas sur le site mémoire des hommes, pas sur son acte de décès)

- Joseph Denis est né le 12 octobre 1889 à Furnes, en Belgique. Ses parents habitent ensuite Houlle, où il réside en tant que marinier. Passé au 320ème régiment d'infanterie, il est tué par balle le 24 septembre 1917 au nord-est de Verdun (Meuse), dans la tranchée des Cévennes. Son acte de décès est retranscrit le 10 mars 1922 (son dossier est resté bloqué aux archives de la guerre).

- Maurice Outreman est né le 8 juin 1897 à Houlle, il est manouvrier. Membre du 208ème régiment d'infanterie, il est tué par éclats d'obus au ventre le 12 octobre 1917 à Bixschoote, lisière forêt d’Houthulst, en Belgique. C'est le cousin de Cyprien et Léon précédemment évoqués.

 

1918

- Armand Devin est né le 16 février 1896 à Houlle, il est cultivateur. Il est trimballé dans de nombreux régiments (7 au total) pour se retrouver au 174ème régiment d'infanterie le 1er janvier 1917. Il est tué à l'ennemi des suites de blessures par balle le 26 février 1918 dans les tranchées de la tête de Faux dans le village Le bonhomme (Haut-Rhin). Son acte de décès n’arrive que le 16 août 1921 (il est retrouvé dans les archives de la guerre).

- Henri Dubois est né le 7 octobre 1893 à Houlle, il est charron. Membre du 43ème régiment d'infanterie, il est nommé caporal en 1915 et sergent en 1917. Il est tué à Mesnil-Saint-Georges (Oise) le 31 mars 1918 d’après un jugement du tribunal civil de Saint-Omer en date du 22 décembre 1921. Il fait l'objet de deux citations : le 3 août 1917 « s'est fait remarquer au combat du 16 avril, par son courage et son entrain, est sorti le 1er d'une tranchée conquise pour repousser à la grenade une contre-attaque ennemie » ; « s'est encore distingué à l'attaque du 16 août 1917 en entraînant par son exemple son escouade à l'assaut d'une ferme puissamment fortifiée qui a été conquise ». Croix de guerre, deux étoiles de bronze.

Chose assez rare, voici un dessin représentant Henri Dubois dans son uniforme du 43ème RI, avec sa croix de guerre et ses deux étoiles. On peut donc imaginer qu'il a été réalisé à la fin de l'année 1917 ou au début de 1918 (au cours d'une permission?).

Les morts houllois de la première guerre mondiale

- Paul Harlay est né le 1er décembre 1893 à Houlle, il est cultivateur. Il est membre du 4ème régiment de cuirassiers quand il décède le 15 juillet 1918 par éclats d'obus au bois d'Hauzy à Vienne-la-ville (Marne).

- Pierre Devin est né le 29 novembre 1886 à Houlle, il est cultivateur. Il est également trimballé dans 7 régiments pour aboutir au 249ème régiment d'artillerie, et il décède le 13 octobre 1918 dans une ambulance à Hattencourt (Somme) de la grippe (sans doute espagnole). A noter que les trois Devin sont aussi des frères.

L. Lefebvre (mon second mystère ! un Léon Lefebvre habite en 1911 à Houlle, né à Moulle en 1886 mais il n'y a pas de soldat mort avec ce prénom de Houlle ou Moulle) Des suites de la guerre ?

 

Après avoir retrouvé la quasi-totalité des soldats houllois morts au cours du conflit, on peut réaliser une carte des lieux de leur décès. Et on reconstitue ainsi la ligne de front, avec certaines des batailles les plus connues.

Les morts houllois de la première guerre mondiale

Ainsi le village est assez représentatif de ce conflit mondial, avec la présence de ses soldats lors des batailles d'Ypres, de l'Artois, de Verdun, de la Somme et du Chemin des Dames.

 

 

Si vous avez des informations ou des documents supplémentaires sur le village, ça m'intéresse !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs