28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 15:56

Entre appréhension et excitation. Barcelone est l'une des dernières villes européennes que j'attends avec impatience. La Sagrada Familia ou le Nou Camp résonnent dans mon esprit. D'un autre côté, je ne suis pas fan des grandes villes et j'ai un peu peur que la déception l'emporte.

 

Le train entre Girona et Barcelone coûte 7€. Cristina, qui m'accompagne jusqu'à la station, me conseille de ne pas payer puisqu'il n'y a pas de contrôleur. Et comme j'écoute toujours les conseils de l'autochtone, je me résolue donc de voyager au frais de la princesse, ou plutôt dans le cas présent, du roi.

 

P1110699Que faire à Barcelone en l'espace d'une journée et demi ? Le programme est chargé. Je m'attaque tout d'abord au centre ville, souvent piéton. J'apprécie vite l'architecture, aux normes humaines. Pas de grands immeubles un peu partout. Un centre sans voiture, des ruelles étroites, une cathédrale, et une ville qui semble calme. Puis direction la Sagrada Familia, l'oeuvre inachevée la plus connue au monde. Symbole de Barcelone, symbole de la démesure de Gaudi, elle impressionne. Le grand amateur d'édifices religieux que je suis savoure comme rarement. La visite intérieure est un peu chère et l'attente me rebute.

 

Où je dors ? Question très intéressante, mais je n'ai pas la réponse. Barcelone est la ville d'Espagne qui compte le plus d'inscrits sur Couchsurfing. Et pas un seul n'a répondu positivement. Très sollicités, les Barcelonais ont souvent tardé à répondre, quand ils ont répondu. Je fais ma visite en solo et décide d'arboder une pancarte :

"Host me, I'm French*   

*and good cooker"

Ce fut un total désartre pour mon projet initial mais un grand succès pour voir les gens me sourirent. En quelques minutes, j'ai l'impression que l'ensemble de la population est heureuse de me voir !

 

Bref, moi, ma pancarte, et ma boussole (appelée à devenir une très bonne copine), nous nous dirigeons vers les jardins de la citadelle, en plein centre-ville. Une sieste sous les orangers, petite carte postale assez idyllique. Verdure et Méditerrannée. Le port de Barcelone, les plages de Barcelonette, le soleil.... mais je suis en vacance !

 

Barcelone est une ville très touristique, trop peut-être. J'entends du francais, de l'anglais, du catalan... mais il faut se battre pour pratiquer l'espagnol. Sur la rambla, principale artère piétonne, je réfléchis. Et si je cherchais un hôtel. 21 heures. Serein.

Je trouve à 11€, petit-déjeuner compris. Bon, c'était le dernier lit dans la ville à ce prix là, ensuite on doublait le prix ! Un peu de chance qui compense l'absence d'une Erasmus qui me dit qu'elle n'a pas le temps ce week-end, pourquoi pas la semaine prochaine ? Mais parce que c'est un tour d'Espagne !

 

Je ne sors pas. D'un, seul, c'est beaucoup moins drôle. De 2, le programme de demain est chargé. De 3, le programme des soirées est chargé le reste de la semaine. Une prochaine fois. Car oui, Barcelone, on se reverra.

Dès le premier jour j'ai eu une opinion positive de cette grande ville. On peut ressentir quelque chose de spéciale, quelque chose que je qualifie d'âme. Catalane et fière de l'être. Toujours prête à faire la fête. Quelque chose que je n'ai pas ressenti à New York, Paris ou Londres. Des villes internationales où le centre est élitiste, cher, sans réel habitant. Des villes que j'ai ressenti comme égoïste et carriériste. Ici c'est différent. Le centre ville est toujours habité par la population, riche ou pauvre. Les bars laissent entrer tout le monde, pas de prix démesuré. Les Barcelonais ont le temps, je les ai même vu sourire dans le métro ! C'est con à dire, mais ca vous change le regard sur cette ville.

 

Après une petite nuit désagréable (j'étais toujours persuadé que j'avais manqué mon réveil. Du coup, réveil en sursaut nombreux, comme si le lapin d'Alice s'était fait l'incruste dans mon rêve). Heureusement le petit-déjeuner n'est pas un petit-déjeuner d'auberge de jeunesse traditionnel mais quelque chose de compet'. Chocolat chaud, jus d'orange, céréale, croissant, pain, charcuterie, tout y est. Je prends des réserves pour le reste de la journée.

  P1110736

Je laisse mon sac ici, à l'assaut du parc de Montjuïc. Coin paradisiaque. 8h, personne n'est là, même dans les rues bondées de la veille. Barcelone a bien 2 heures de décallage. Pas de touriste. Moi et la nature. Champ de cactus originaire de nombreux pays, je m'éclate sur les photos (à venir). Puis la vue sur l'ensemble de la ville. Wow, c'est beau une ville vue d'en haut ! A ne pas manquer.

P1110795Camp Nou, rêve de tout fan de football. Plus qu'un club, une histoire. Le rôle du club pendant la guerre civile, prise d'otage, assassinat du président... Et ce stade... j'entre dans le tunnel, j'emprunte les marches et entre sur la pelouse. 90000 spectateurs crient, chantent. Imaginez la sensation. 1h45 pour 15€50 et des souvenirs pleins la tête. Est-ce que ca valait la peine d'y laisser mon écharpe...?

Enfin, le parc Güell, de Gaudi, infesté de touristes. Si possible, y aller le matin ! Mais ca a de la gueule. Gaudi entre dans mon top 3 architecte.

 

Je pars conquis. Barcelone mériterait même une expérience de vie, juste pour voir si mes impressions seraient confirmées sur le long terme. Barca, Barca, Barca !

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


J'ai beaucoup aimé le parc Güell avec les maisons à la "Schtroumpf" ou  "Hansel et Gretel". Profite bien et fais nous voyager aussi.


Bisous



Répondre

Plus De Blogs