18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 08:26

Facebook est un paradis, celui des connaissances. Je regrette d'ailleurs que le mot "ami" soit présent sur le site, tant celui-ci rassemble les connaissances. Bien sûr, certains limitent leurs présences, et considèrent que seuls leurs véritables "ami(e)s" doivent voir et savoir ce qui se passe dans leur vie. Mais dans ces cas là, combien sont-ils ? Combien sont vos amis ?

 

Déjà il faut définir ce que l'on appelle un "ami". Ceux avec qui l'on partage tout, chaque moment de notre vie, chaque week-end ? Ceux sur qui on sait que l'on peut compter ? Ceux avec qui on a déjà partagé de bons moments et avec qui on en partagera encore à l'avenir ? Entre ces trois définitions, le nombre peut déjà varier du simple au triple.

 

Et qu'en dit Aristote ? -il a toujours un avis sur tout-

Pour lui, il y a trois types d'amitiés, l'amitié du plaisir, l'amitié d'intérêt, et l'amitié de vertu. La dernière serait la seule véritable amitié, qui amènerait les individus à trouver ensemble un accès au bonheur.

 

Personnellement, je souhaite centrer ce sujet sur l'amitié d'intérêt ou l'amitié du plaisir. L'intérêt d'une connaissance. Quelqu'un que l'on garde dans ses amis parce qu'"on ne sait jamais", cette personne peut être utile à l'avenir, ou on peut la recroiser en soirée et on serait bien malin alors d'expliquer pourquoi on l'a supprimé de ses amis. Cela m'est déjà arrivé de rencontrer quelqu'un qui m'a supprimé de ses amis. Même si je comprends pourquoi -puisque nous n'étions pas vraiment amis-, je ne peux m'empêcher d'en vouloir secrètement à cette personne ! A l'intérieur de moi, une petite voix s'exclame : "n'étais-je pas assez bien pour toi ? Que t'ai-je fait pour mériter ça !"

 

Depuis quelques années, surtout depuis la création des réseaux sociaux, nos n'avons jamais autant parlé de "connaissance". Qu'est-ce que les connaissances ? Prenons un exemple.

Je rencontre un de mes "amis" Facebook. La conversation s'engage. Ce ne sont que des questions de base. "Tu fais quoi de beau ? Jusque quand ? L'année prochaine ?" L'ami est ici une connaissance. Quelqu'un que l'on a déjà rencontré à plusieurs reprises au gré des études, au gré des soirées, mais dont on ignore tout (ou presque). Avec lui il sera difficile d'engager une conversation plus profonde, tant vous ignorez si vous avez des points ou des sujets communs. De ce fait, la conversation repart de zéro, comme avec n'importe quel inconnu.

Un autre exemple ? Tu rencontres un "ami" dans la rue. La conversation ne s'engage même pas. Une poignée de main, ou une bise, accompagnée par un "Ca va ?", repris par un "ça va et toi?" auquel résonne un "ça va". Les deux amis, qui sont des connaissances, poursuivent leur route.

 

A quoi servent les connaissances ? Pourquoi garder autant de personnes sur Facebook ? Parce que la frontière ami-connaissance est poreuse. Une connaissance peut très bien devenir un ami. A force de discussions. A force de se trouver des points ou des intérêts communs. A force de fréquenter les mêmes personnes, les mêmes amis.

De même, les amis peuvent également rejoindre très vite le stade des connaissances, sans même s'en rendre compte. Une amitié délaissée au profit d'autres, une absence de prise de nouvelles sur un temps assez long, la distance... Alors Facebook permet de ne pas se perdre totalement. De garder un petit quelque chose. Une dénomination. Nous sommes "amis", même si nous l'étions.

 

A mes amitiés perdues.

Marcela-Taricco-pr-Milev.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs