1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 11:33

Einstein.jpgPour mes 8 ans sur la blogosphère française, j’ai décidé de donner la parole à mes lecteurs. Et en particulier à 8 d’entre-eux, des plus fidèles. Ils représentent différentes périodes de ma jeunesse, et ont eu le mérite de vouloir participer à cet anniversaire pas si banal. 8 ans en ligne, 8 ans de journal intime disponible à d’autres. 8 ans de réflexions, d’idées, des histoires extra ou ordinaires. 8 ans de vie. 8 ans de blog. Résumé par 8 lecteurs. A eux la parole, à eux le stylo.

 

Article du 13 janvier 2005, intitulé Une chanson que j’ai créée (non-disponible)

 

Pour beaucoup, Jérémy est un être mystérieux, et le quidam ne peut percer ses secrets. Bien qu'il s'exprime beaucoup dans ce blog, je considère qu'il ne se livre pas trop, qu'une bonne partie de son histoire, son passé, ses réflexions intérieures restent cachés. Bien connaitre l'auteur offre un avantage certain : comprendre un certain nombre des sous-entendus qui fleurissent au sein des récits.


L'article qui m'a le plus marqué est un très vieil article, un des tout premiers articles dans ce nouvel outil qui allait devenir à la mode : skyblog (ne le cherchez pas dans les archives, je pense que vous ne le trouverez pas - et évoquer son souvenir est un privilège réservé aux tout premiers aficionados). C'est un très bel article, un véritable poème, quelque chose de très personnel. C'est un article que j'ai lu, relu, encore et encore. Jérémy s'est vraiment "livré" dans sa rédaction. J'aime à penser que le sujet traité est une des raisons qui a poussé l'auteur à écrire un blog. Je suis également convaincu qu'il a même forgé notre écrivain dans son identité la plus profonde. Savoir trouver les mots, justes : quelle tâche difficile. Et pourtant, tu y es arrivé avec succès. J'admire ce talent.


M

 

Je pense de suite à un article de quebecstar qui date d'il y a quelques années. Il s'agissait d'un poème/chanson sur ta colère quand tu voyais une certaine personne lever le poing il me semble bien. Ca m'a marqué car tu n'étais pas quelqu’un qui se confiait facilement, on savait rarement ce que tu pensais vraiment et là tout à coup levée de voile! Ca m'avait pas mal retourné cet article!

 

Mélanie

 

Article du 21 mai 2008, intitulé Une Licence (lien disponible)

 

Ce choix cornélien de choisir un article pour rendre hommage à ce blog. Un blog qui est très vite devenu un livre de chevet. On attend avec impatience les nouveaux articles, les nouveaux coups de cœur, les coups de gueule et les moments de souvenirs qui refont surface.


Jérémy, n’est pas seulement un ami aujourd’hui. C’est un point d’ancrage autour de moi. Quelqu’un qui a su aller jusqu’au bout de ses rêves, de ses limites en n’oubliant pas ses racines. Une personne sur laquelle je pourrais éternellement compter. Alors quand on me demande de parler d’un article en particulier, j’ai évidemment en tête celui de notre rencontre. L’article du 21 Mai 2008 « Une Licence ».


Il revient sur ces années FAC (tiens ça me rappelle une série)… Une rencontre, un concours de circonstances et me voilà avec Monsieur R. en train de préparer un examen en Histoire Contemporaine. Un exposé qui sera le prétexte à trois années de pur bonheur. Des amitiés solides se sont créées, des moments magiques partagés et une nostalgie installée à la lecture de ces quelques lignes. Cet article me donne cependant le sourire. Il revient sur des instants précis, des personnes passées trop rapidement dans notre vie (Karina, Philippe, Mélissa, Johnny…). Les plus fidèles ont suivi tout le cursus de la Licence, les autres ont abandonné cherchant de nouvelles amitiés ou un autre avenir professionnel. Un blog digne d’une madeleine de Proust. Une ligne et me voilà replongé 4 années en arrière (oui déjà). Je revois Jérémy et ses entrées spectaculaires dans les amphis. La plus mémorable reste sans aucun doute le « nageur sous-marin » en plein cours de Guerre de Cent Ans. Et Monsieur R. qui revient s’installer naturellement à côté de moi sans la moindre gêne. Chaque minute de retard et mon cerveau partait dans tous les sens : qu’est-ce qu’il va encore faire ? maquillé ou non ? costumé en quoi ? Tout y est passé, des « Ma tante » du Carnaval de Dunkerque au noir africain, en passant par le cow-boy, l’égyptien... sans oublier cet inoubliable tollé où tu avais décrété de venir en supporter du PSG malgré les récentes affaires de la banderole raciste… Jérémy, c’était aussi un moment de stress en cours (n’en déplaise à certains). La fameuse veste blanche des exposés, les plans à bâtir à 3H du matin, les transparents à imprimer, les cours recopiés (je précise d’ailleurs qu’un trafic de tes cours est toujours d’actualité), des signes qui ont fait de ma vie universitaire un instant magique. Je ne regrette rien ! Sauf peut-être ton départ précipité… tout est allé vite, trop vite. Tu es comme ce personnage d’Edward dans Big Fish, attachant au premier regard : « Vous ne me connaissez pas, je m’appelle Jérémy R. et je vous aime ». Merci l’ami…

 

Sam

 

Article du 28 août 2011, intitulé Prendre un enfant dans ses bras (lien disponible)

 

SANS HÉSITATION article : prendre un enfant dans ses bras of course ! parce que c'était tout simplement un grand moment et non, je n'ai pas vu à quel point tu avais la frousse et j’suis fière que ma petite princesse ait un article à son effigie.

Article super bien écrit, qui m'a bien fait rigoler.

 

Julie.

 

Article du 11 septembre 2011, intitulé L’accouchement (lien disponible)


J’ai décidé de faire mon devoir de rédaction sur cet article car de tous, depuis le début du début de ta carrière de blogueur, c’est dans cet article que je me suis le plus retrouvée et dans lequel je t’ai le plus découvert.

Je t’ai toujours vu comme quelqu’un de très fort, toujours de bonne humeur, toujours capable de donner le change quand ça n’allait pas. Et là soudain, au détour d’une lettre ouverte je me rends compte que tu as exactement la même réaction que j’ai eue quand on m’a brisé le cœur, que tu te poses les mêmes questions que moi, que t’as les mêmes regrets.

Pourquoi ça marche pas ? Est-ce que quelque chose ne tourne pas rond chez moi ? Est-ce que je vais finir par trouver quelqu’un avec qui ça fonctionnera ? Je me posais déjà toutes ses questions au lycée et 6 ans plus tard je me les pose toujours. Pourtant depuis j’ai grandi, j’ai plus d’expériences, plus de recul mais au final ces questions reviennent toujours et les regrets aussi. Je suis en couple et j’en viens à me demander si ma vie n’était pas plus simple quand j’étais célibataire. Mais quand j’étais célibataire je passais mon temps à espérer rencontrer quelqu’un. Il parait qu’on n’est jamais content de ce qu’on a. On attend toujours quelque chose en plus….. Est-ce que ça veut dire que je suis trop exigeante ? Que je suis pas avec le bon ?
Voilà pourquoi j’ai choisi d’écrire sur cet article parce qu’il me pose question et parce que, même si je n’y trouve pas de réponse, c’est rassurant de voir que je ne suis pas seule à me les poser.

 

Stéphanie.

 

Article du 17 février 2012, intitulé Quand les couples se brisent (lien disponible)

 

J'ai l'occasion depuis quelque temps de découvrir (et corriger à l'occasion) tous tes articles ou presque (pas ceux du début du blog). J'avoue ne pas être tentée par ceux qui parlent cinéma ou littérature. Les mauvaises langues diront que c'est mon esprit scientifique qui me fait me désintéresser de ces deux catégories, et que la culture et moi, ça fait deux... Eh bien, pour faire un pied de nez à ces médisants, mon choix s'est porté sur un poème classé dans la catégorie "Les arts", relativement récent : "Quand les couples se brisent". D'actualité (triste) pour plusieurs de tes proches, te rappelant des souvenirs pas si lointains, je le trouve particulièrement bien écrit et à la fois triste et optimiste. Et malheureusement encore d'actualité. Et en plus j'aime beaucoup lire des poèmes. Tu publies un recueil quand ???


Sandrou

 

Article du 9 mars 2012, intitulé Ma Bucket List (lien disponible)

 

J’ai retenu « la Bucket list », les raisons sont diverses. Depuis que je le connais, l’auteur de ce blog n’a eu de cesse de me parler de cette fameuse feuille de route, censée guider sa vie et ses actes. C’est impressionné tout autant que perplexe que je l’écoutais disserter sur la liste.


Impressionné car à l’évidence il avait compris très tôt l’importance d’avoir des envies, de la nécessité de les réaliser. L’obsession de Jérémy quand il me parlait de sa bucket list, c’était de ne rien regretter, de pouvoir mourir tranquille. Je crois bien que ça l’est toujours, c’est bien la raison pour laquelle il se retrouve aujourd’hui au fin fond de la Malaisie, en plein tour du monde. Impressionné devant l’étalage de ses projets qui laissent parfois rêveurs. La liste vous renvoie à des choses auxquelles vous n’aviez pas pensé, auxquelles vous n’aviez peut être pas osé penser.


Perplexe, aussi. Il y a une part de moi qui n’a pas totalement saisi ce que notre ami attendait de sa liste. Celle-ci m’apparaît comme le symbole de sa fuite craintive du temps qui passe. Tout faire, tout connaître, tout ressentir, avant qu’il ne soit trop tard. Battre les records. Aller toujours plus loin, réaliser toujours mieux. Il veut lire les meilleurs livres au monde, regarder les plus grands chefs d’œuvre cinématographiques, rencontrer la planète entière ; en d’autres termes j’ai l’impression d’un Jérémy qui veut absorber toute la vie du monde au plus vite. Et j’ai bien du mal à croire que tout cela soit destiné à gagner plus facilement au Trivial Pursuit, comme l’intéressé l’avoue souvent. A lui de s’en expliquer.


LD

 

Article du 16 mars 2012, intitulé Le conseil de classe de fin de mandat : les notes des ministres (lien disponible)

 

Le message sur Facebook commençait par : « Tif, j’ai une mission pour toi ». D’habitude quand je reçois ce genre de message, il émane d’un de mes chefs et je me dis que ça sent le sapin (une mission « peau de Pu » dans le jargon). Dans le cas présent, j’ai été dans un premier temps flattée, puis très enjouée à l’idée de devoir choisir, parmi tes nombreux articles, mon billet préféré. Je me suis donc immédiatement attelée à la tâche.

Début de la relecture page 85, j’ai tout lu d’un trait jusqu’à la page 72. C’est à ce moment précis que je me suis rendu compte que le choix serait difficile, puisque plusieurs articles retenaient déjà mon attention.

Que choisir ? Les voyages ? Oui, pourquoi pas, tu nous en fais découvrir des pays, des villes et même quelques coins de France (sûrement ta passion pour le travail journalistique de JPP). Le Cambodge m’a particulièrement intéressé.

Mais il y a également la fac. Avec tous les moments passés ensemble, les amis, les soirées, les jeux, les cours, les exposés, Mme Baudoux, notre licence en grève option blocage spécialité AG… Tout ce qui a facilité grandement mon acclimatation au Nord. Merci de m’avoir fait revivre ces moments.


Mais comme tu l’auras surement deviné, l’article que j’ai retenu se trouve dans cette partie de ton blog que j’affectionne particulièrement, la catégorie « Politiquement vôtre ».
Et là encore le choix n’est pas évident. Relire tous tes articles, entre les deux tours, avec un recul de parfois plusieurs années sur certains sujets… Un bonheur, je me suis régalée.
Au début j’ai choisi « Maître Kadhafi et apprenti Sarkozy » parce que depuis que le Guide a rendu visite à son ami parisien, beaucoup d’obus de 76mm sont tombés sur Tripoli. Mais personne n’avait prévenu Kadhaf qu’il ne faisait pas bon planter sa tente dans Paris ? Il aurait dû se renseigner près du Canal St Martin. Depuis, certains disent que Mouammar aurait filé 50 millions d’euros à Nico pour financer sa campagne. Nico, tu pourrais être plus sympa avec tes copains…

Puis finalement, mon choix s’est porté sur un article récent : « 2012, le FN et Facebook ». Surement l’un de tes articles les mieux ficelés. Encore une fois tu as été très pertinent et surtout parce que tu le sais, je partage tout à fait ton opinion sur le sujet.

Mais finalement, celui que je mettrais à la première place de mon top 3 est « Le conseil de classe de fin de mandat ». Parce que c’est un bon résumé des années passées, qui m’a permis de me remémorer toutes les bonnes ou moins bonnes actions de nos chers gouvernements. J’ai aimé le fond et surtout la forme. Le ton que tu emploies est plus qu’adéquat. Bref, il s’agit de mon article préféré et surtout parce que LE CHANGEMENT C’EST MAINTENANT !


Toutes ces lignes pour te dire merci. Grâce à toi j’apprends et je découvre le monde, je confronte mes idées aux tiennes et surtout j’ai de tes nouvelles même à l’autre bout du monde.

 

Tiffen

Partager cet article
Repost0

commentaires

Plus De Blogs