24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 20:23

Apres la nuit que nous avons passé, nous ne pensons qu’a une chose : une bonne sieste au soleil ! Malaga, la Costa del Sol… ou pas ! Le soleil se cache, le vent est important… Decidement, l’effet Sophie la guigne est important ! On se décide a bouger pour manger : paella moyenne, riz au lait abject… Guigne, sors de ce corps !

 

L’avantage après cette nuit, c’est que tout nous semble moins dure. Et puis Malaga est plutot jolie, c’est d’ailleurs une surprise pour moi tant nos amis de Grenade était partagés sur la question. On effectue une jolie marche le long de la mer, on se balade dans le parc abjacent, puis on grimpe, longtemps, pour surplomber la ville a l’intérieur de l'Alcazaba Méme la guigne ne rale pas !

P1120826.JPG

Une assiestte de frites plus tard, et voici nos hotes qui arrivent, Andre et Sara, Portugais en stage a Malaga. C’est leur premiere experience Couchsurfing. Une premiére fois avec moi, certains en ont révé, d’autres l’ont fait. L’objectif c’est de leur donner envie de recommencer, encore et encore. Je parle toujours de Couchsurfing.

Tout d’abord il nous offre un poulet a la Portugaise, qui se révele divin. Puis on va voir Real Madrid-Barcelona, deuxieme episode. Pas forcement mon préféré. A noter que l’on a été rejoint par une Allemande, qui se révele étre le sosie de Susan Boyle, notamment au niveau de la tenue vestimentaire.

IMG_1809.JPG

La nuit est merveilleuse, et pour cause, j’ai un lit dans une maison chauffée. On apprécie les bases. Sophie reprend l’avion direction la France et son soleil. Elle me laisse donc avec deux hotes et la pluie. Merci la guigne du cadeau !

De ce fait, journée tapas. C’est clairement culturel ici ! On mange, on boit, on discute. Politique, economie.. pas de doute les Portugais sont en souffrance et l’immigration semble étre la seule issue pour une génération diplomée sans perspective d’emploi.

 

On rejoint Sara pour un milkshake chocolat-banane (du feu de Dieu les enfants !) puis pour un dernier verre. A noter que la pluie a fait son effet dans mes converses trouées. De ce fait, j’arbore deux magnifiques sacs plastiques a l’intérieur de mes chaussures… autant vous dire que niveau drague c’est gros handicap !

P1120847.JPG

Malaga m’a fait du bien. Apres la nuit difficile de Grenade, dormir, manger, prendre une douche, tout cela prend une autre saveur. La ville était egalement le point le plus au sud de mon sejour. Je reprends la route vers le nord, qui me raménera dans une semaine dans le Nord.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 20:29

Un élément perturbateur vient s'immiscer dans mon périple. Non ce n'est pas la grippe espagnole, mais un fléau tout aussi dangereux, Sophie la guigne. De premier abord souriante et chaleureuse, elle entraine cependant malgré elle toute une série de malheur, bientôt révélé dans cet article.

P1120726.JPG

Tout d'abord Sophie m'oblige à revoir mes plans. Elle arrive à Malaga dimanche et souhaite Granada quelques jours. Il se trouve que Couchsurfing me décoit un peu parce que je ne trouve personne pour nous héberger à Malaga le dimanche soir. Sophie la guigne. On fait avec et décidons de nous rendre directement à Granada. 2 possibilités : le train, 4 heures de trajet, 45€ aller-retour. Le bus, 1h30 et 20€ aller-retour. Pas d'hésitation.

 

Arrivés à Granada, nous sommes accueillis par Lucia qui a... 16 ans ! C'est inderdit sur le site et j'avoue être un peu méfiant. Deux Américaines seront également présentes, Leila et Kate. Nous sympatisons très vite. Elles effectuent actuellement une sorte de mini tour d'Europe, mais sur six mois ! Ils voient toujours les choses en grand nos amis Ricains !

La soirée est très bonne. Lucia m'impressionne par sa maturité et sa culture, et j'ai même un long débat sur le communisme. Nous dormons dans notre propre chambre et nous décidons donc de prolonger notre séjour ici de deux nuits supplémentaires, abandonnnant ainsi Nina qui pouvait également nous héberger. Une décision lourde de conséquences. Sophie la guigne.

P1120631.JPG

Lundi, réveil 6 heures. Sophie la guigne. Lucia veut nous emmener avant le petit-déjeuner, Sophie la guigne, sur les hauteurs de Granada. La vue est somptueuse, le soleil se lève. J'avoue que cela vaut le levé à l'aurore.

Nous allons ensuite à l'Alhambra. L'ensemble des tickets de la journée a été vendu. Sophie la guigne. Mais nous pouvons visiter les jardins. Après pas mal de marche en centre-ville et un panini, vient le moment tant attendu. Une bonne sieste dans les jardins. Mais Sophie la guigne en décide autrement. Le vent se lève, le ciel se couvre, le soleil se cache. J'ai presque froid. Heureusement, les jardins sont magnifiques.

P1120737.JPG

Dans l'ensemble, la ville est très jolie. Beaucoup de petites-ruelles piétonnes, une architecture à l'influence musulmane et... beaucoup de touristes. Et pour cause, c'est la Semana Santa.

33 processions en une semaine. Imaginez donc 33 rassemblements du Klu Klux Klan, entourés par des milliers de touristes. Chapeaux blancs bien sûr, mais également noir, violet, bleu, rouge, vert. J'ai presque fini ma collection. Au rythme de la musique, la procession traverse la ville. L'Espagne me confirme une nouvelle fois sa tradition catholique.

P1120787.JPG

Mardi, ce sera le show, Sophie la guigne, à la conquête du record du monde. Tout d'abord Lucia me peut finalement plus nous héberger. Mais elle nous refile à javier, un de ses potes qui, selon elle, habite un taudis. Sophie la guigne.

 

Aujourd'hui le temps est couvert et, pour la première fois du séjour, il pleut ! Sophie la guigne. Je rappelle que, depuis son départ, le Nord Pas de Calais souffre d'une mini-canicule.

 

Le chocolat chaud des Espagnols. Méfiez vous si vous commandez dans un café. J'imaginais un chocolat au lait traditonnel. Perdu. Sophie la guigne et nos amis espagnols m'offrent du chocolat, du vrai. Un peu comme si vous preniez 12 carrés de chocolat noir, les faisiez fondre et les buviez. Une gorgée c'est bon, une tasse, c'est écoeurant.

 

Après une sieste réparatrice, nous repartons dans la ville, sans avoir de but précis. Nous savourons les fraises qui, avec les oranges, sont vraiment la spécialité fruitière du pays. On rejoint nos Américaines qui s'étaient levées à 6 heures pour obtenir des billets pour l'Alhambra, sans succès. Quelque chose me dit que leur rencontre avec Sophie la guigne n'y est pas étranger.

 

Lucia a un peu de mal à organiser les visites. Nous allons de bar à tapas, grimpons plusieurs fois la même colline à la grande joie de Sophie. Je croise trois francaises qui font du stop depuis Barcelone jusqu'à Lisbonne, en 10 jours, et aller-retour ! Ambitieuses !

On passe une bonne soirée. On se balade dans Granada, toujours rythmé par une procession. On savoure une glace au roché, au mars, au chocolat-orange. Des tapas mexicains sont grandioses même si la faim doit jouer sur mon objectivité.

P1120732.JPG

Enfin nous disons au revoir à nos amies Américaines pour rejoindre notre taudis. Une maisonde grand-mère taguée, un bout de plafond s'est récemment écroulé... Sophie la grande guigne. Cela ressemble plus à un squat qu'à une maison. Nous avons un lit pour deux, c'est glacial et des rideaux font office de drap. Sophie la guigne.

On se réveille très tôt après une mauvaise nuit pour prendre le premier bus. Vous ne vous étonnez plus quand je vous dis qu'on ne peut finalement pas et que l'on attend une heure pour le suivant, et pour cause, Sophie la guigne est avec moi.

 

PS : Cependant on rigole bien. Dans le bus, on a même la télé. Enfin, tous les autres ont la télé. Nous, elle ne fonctionne pas. Sophie la guigne...

Partager cet article
Repost0
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 16:46

Le train ! Oui, j'ai changé de moyen de transport depuis que les courbes de prix ont évolué jusqu'à se rencontrer. Clim, confort, horaire tenue, le train a ses avantages.

 

Séville, j'attends énormément de toi. J'ai presque une vision idyllique tant les espagnols m'ont vanté tes mérites. Je suis hébergé par Terrine, euh Perrine (private joke), qui effectue son Erasmus de 6 mois dans la ville sainte. Deux Audomarois qui savourent tout d'abord un Burger King avant de débuter la visite.

P1120585.JPG

Plaza de España. Woh, woh, woh, arrêtons nous tout de suite. Qui a eut l'idée de construire la plus jolie place du monde ici ? Architecture, sculpture, petit canaux à la Venise, fontaine. Ca commence fort ! Après une balade dans les parcs de la ville on se pose pour un verre dans une cité qui respire la Semana Santa.

 

Soirée Erasmus, I am back ! Entre francais ! Ca me change un peu ! Mais des francais sympa, j'vous jure, avec qui je rigole beaucoup à observer des pigeons (ou pas) sur le balcon de l'appartement. Des francais courageux, qui crient et courent à chaque battements d'ailes de l'animal blessé. Des francais, avec de l'humour francais, qui j'avoue, m'a manqué.

S'en suit, une démonstration de rock avec mon hôte, ce qui attire l'attention de la boite de nuit dans laquelle nous nous trouvons, au point de récolter les applaudissements du jury à la fin de notre prestation. Oui, je me passionne pour le rock depuis quelques semaines.

P1120593.JPG

Le soleil et la chaleur font mal depuis quelques jours. Le thermomètre explose les 30 degrés quotidiennement et la visite des villes devient un véritable sport, surtout quand le programme est chargé comme à Séville. La cathédrale, la Giralda et ses 40 étages à grimper, les parcs de l'Alcazar, la marche le long du Guadalquivir... Séville est déjà dans mon estime. Une ville somptueuse qui mérite sa place au patrimoine mondial de l'UNESCO.

P1120610.JPG

Après les bars à tapas, spécialité locale, et une sieste, spécialité nationale, place à... Real Madrid-Barcelone, premier épisode ! 8 mecs, 4 supporters de Madrid, 4 du Barca, et 4 filles qui s'en foutent. Belle ambiance pour un match un peu décevant il faut le reconnaître.

 

Perrine, et tes 50 kg de bagages, à très vite dans... le Nord. Non, ne pleure pas, on est tous passé par là.

Partager cet article
Repost0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 18:16

Je quitte cependant Madrid avec le sourire. Mes prochaines étapes donnent envie : Cordoba, Sévilla, Granada. L'Andalousie s'offre à moi et j'en attends beaucoup. De plus, j'ai dans ses villes des Erasmus. A commencer par Esther et Gloria que j'ai rencontré à Canterbury.

P1120506.JPG

Cordoba, Cordoue. Tu as déjà remarqué à quel point les francais prennent des libertés à changer les titres de livres ou films étrangers. C'est la même pour les villes : London devient Londres, Dover devient Douvres. D'accord, ce n'est pas si loin de la France et ca nous rappelle un temps où on pensait toujours convaincre nos amis British de devenir Francais. Mais Cordoue pour Cordoba je ne comprends pas !

 

5 heures de bus. Un record. Ce bus semblait aussi lent que l'économie espagnole. A sa sortie, je me délecte d'un francais qui tente désespérement de se faire comprendre au guichet. Je lui propose finalement mon aide. Et me voila avec mes trois semaines d'espagnole traduisant du francais à l'espagnol et vice-versa. Et c'est un succès ! Je pense déjà être bilingue quand Esther arrive.

 

L'accent andalou. Un accent de chien. Je ne comprends rien. Ils mangent les S, les fins de mot, on oublie les virgules et les points. Pendant deux jours, j'ai l'impression d'un retour à la case départ, sans avoir touché les 5000€.

P1120499.JPG

Cordoba est une ville magnifique. Ma première matinée se déroule dans les ruelles du nord de la ville, désertées des voitures et des touristes. Ensoleillées, fleuries, toutes blanches, elles me plaisent infiniment. L'atmosphère ressentie me donnerait envie d'y rester un peu plus. L'après-midi, la résidence de la reine de Castille pour un patrimoine mondiale de l'UNESCO : l'Alhambra. J'observe également la cathédrale, qui était au départ une mosquée, ce qui lui donne une architecture hybride en tout point de vue extraordinaire.

P1120438.JPG

L'influence musulmane va se faire ressentir dans tous le sud du pays et c'est ce que j'attendais avec impatience. Je suis fan des melting-pot, des mélanges culturels et un anti-communautariste profond. Le lendemain matin, je visite la Médinat Al-Salaam, à l'extérieure de la ville. Un site archéologique majeur. Avec certaines traditions de l'archéologie. Ceci est une pierre, imaginez un palais. Surtout, l'archéologie est un art, celui d'utiliser le conditionnel ! 3 bus de collégiens francais m'accompagnent un peu bruyamment tout au long de ma visite.

 

Cordoba est l'une des plus jolies villes que j'ai visité. Son centre-ville est un plaisir visuel constant. La fête des fleurs au mois de mai est connu dans le monde entier, même Jean-Pierre Pernaut vient !

Mais ce qui est moins connu, c'est les défilés du Klu Klux Klan ! Surprise ! Ah non, c'est des catholiques. C'est que ca se ressemble parfois. Tenue vestimentaire similaire, défilé dans la ville, bienvenue à la Semana Santa ! Première acte, la répétition ! Alors que je venais de traverser le Guadalquivir, j'avoue avoir été impressionné !

P1120488.JPG

Mais Cordoba était surtout pour moi Esther et Gloria, qui ont pris soin de moi telles des mères. Les mêmes qu'en Erasmus, toujours beaucoup d'humour, et même un peu d'amour. Vendredi, j'ai le droit à ma beau gâteau anniversaire de la part d'Esther. Un cité d'or pour des coeurs d'or.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 17:11

L'important c'est la santé. Mais quand celle-ci vous lâche, les voyages sont plus compliqués. Déjà dans la douche j'ai comme un drôle de mal de tête. Puis c'est le ventre qui se met à me faire souffrir. Malade ? Non ! Je ne veux pas ! Et puis aujourd'hui c'est Ségovia, patrimoine mondial de l'Unesco. Le top 3 des bonnes raisons pour y aller :

- je ne suis pas à Madrid tous les jours

- Oscar est interressé

- J'ai réussi à motiver mon Allemande

Je mets mes baskets et je bats la maladie, en pensant que c'est dans la tête que cela se joue. C'est mental ! Mais bien sûr...

 

Le matin c'est le marché de Madrid. Comme à Saint-Omer, mais à Madrid. C'est à dire cent frois plus grand, et avec cent fois plus de monde ! A devenir fou. Je dois m'assoir toutes les cinq minutes pour contenter mon ventre, en me tordant légèrement. Je pense que je fais pitié à voir.

 

Pour Ségovia, il faut prendre le bus à Mendez Alvaro. Enfin, c'est ce que j'ai lu sur Internet. En vérité c'est à Principe Rio, quasi de l'autre côté de Madrid... désolé. C'est pas moi, c'est la maladie ! On attrape de justesse le bus de 15 heures et partons vers Ségovia. Personnellement, je pars de plus en plus vers la souffrance. La fièvre fait son apparition, j'ai froid, ah non chaud, ah non froid... c'est excessivement énervant cette manie !

P1120322.JPG

Heureusement Ségovia est sompteuse. La ville est un musée permanent, l'aqueduc est splendide et l'Alhambra, maison royale jusqu'à la période moderne, vaut le coup d'oeil. Je me plais à découvrir ses recoins en compagnie de mes deux acolytes que j'apprécie un peu plus chaque jours.

P1120346.JPG

Le bus du retour est un mini-calvaire pour moi, alors que je suis à côté de mon Allemande. J'ai froid, très froid, toujours froid. Pourtant, quand on me touche, j'ai chaud, très chaud, toujours chaud. Alors que je lui fais mon adieu je ne pense qu'à dormir. Une néerlandaise de l'appartement m'offre un ibuprofène pour calmer la fièvre et me faire dormir à peu près correctement.

 

Pour lundi, j'ai hésité à faire un article, avec seulement écrit : "Malade". Certes, ce fut quasi le cas l'ensemble de la journée. Mon ventre me détruit et je soupçonne le chinois d'être à l'origine de la douleur. Proverbe bien connu : quand un chinois ne t'aime pas, se venge sur ton estomac. Alors que je tente d'aller chercher un coca pour aider un peu, je manque de m'évanouir à la caisse du supermarché d'en-bas, tandis que les gens me regardent comme si j'étais un zombie.

 

Vers 19 heures, je me sens un peu mieux. Mon hôte de Tolède m'a lâché au dernier moment. Ca tombe plutôt bien, je n'étais pas en état de prendre le bus. Et puis mon Allemande...

 

Je passe la soirée en sa compagnie, en tête à tête. La douleur m'a abandonné, je redécouvre les joies de la vie. Simple comme un sourire, un rire, des yeux verts qui pétillent. Un charme irresistible. On aborde tous les sujets, des plus bénins au plus profonds. Un humour, que dis-je, un HUMOUR. Je reste cependant fidèle à mon principe, malgré cette envie intense. Elle est somptueuse, Madrid est magnifique, la vie est belle.

P1120373.JPG

Madrid, je suis amoureux. De toi. Je ne m'imaginais pas vivre dans une grande ville, encore moins dans une capitale. Je reconsidère mes propos. Ce fut un coup de foudre.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 16:56

Titre accrocheur n'est-ce pas ?! Les reactions sont divisées ! Non, tu n'y crois pas ? Enfin, il serait temps !? C'est impossible, qu'est-t-il arrivé ? La réponse, dans quelques lignes.

 

Samedi matin, 14 heures, je décide d'émerger et de manger dans un grand restaurant américain. Erreur fatidique. Depuis New York, ca ne passe pas. Les conséquences seront désastreuses.

Je me décide à aller au centro del Arte Reina Sofia (arrête de sourire Romain D. !), connu mondialement pour Guernica. Après avoir visité la ville, c'est une suite logique. La tableau vaut le coup d'oeil il est vrai. Mais la foule amassée devant suscite à la fois la moquerie et un certain dégoût. Ca se pousse, on tente de prendre des photos avec flash alors que c'est interdit. De ce fait, ça crie. Certains sont trop près du tableau, ce qui fait sonner l'alarme. Une telle scène de désordre qui me fait penser que c'est Guernica devant Guernica ! (oui, j'en suis fier de celle-là !)

P1120300.JPG

Pour la première fois du séjour, j'ai eu accès à Internet. Et une couchsurfing propose de se voir pour boire un verre. Je la contacte, sans me rendre compte des conséquences et de l'influence que cette décision aura sur mes trois prochains jours. Sara, du Vénézuela, Jenny, d'Angleterre et Julia, d'Allemagne. Trois pays amis donc. Et toutes trois sur couchsurfing, la dernière dort d'ailleurs chez la première.  

Je tombe vite sous le charme de notre amie allemande, ja, gut ! Ach so, elle a "un espèce de copain" (je retranscris l'expression utilisée), ce qui m'interdit toute tentative.

Elles nous invitent à un concert électro, où je convie Oscar, grand amateur de musique. Et c'est ainsi que pour la première fois de ma vie, je me rends à ce type de concert, avec ce type de public. Oui, j'utilise le terme type, pas du tout de facon dégradante, mais par commodité. Car il y a une différence que je qualifie d'abyssale entre le public de Frédéric François et un concert électro underground.

 

Sara me propose du coca, je prends la paille et aspire. Au même moment, elle me dit que c'est de l'alccol. Elles ont du voir à mes yeux l'effet d'une telle annonce. Là, une course contre la montre s'engage, il faut rejoindre le plus vite possible les toilettes afin de recracher la substance pêcheresse de ma bouche. En plein milieu d'un concert électro, vois-y là une véritable mission impossible ! Arrivé aux toilettes, il y a la queue... chez les mecs ! Ca n'arrive jamais ! Je double, tentant d'expliquer avec des gestes le but de ma mission. Ouf, sauvé !

Comment ai-je pu ainsi me laisser trompé ? Non, ce n'est pas les yeux de Julia.

Calimocho. Les Espagnols ont cette horrible habitude de mélanger du vin et du coca. Et quand je dis horrible, je pense personnellement au bon coca, mélanger avec du mauvais vin ! Mais j'ai aussi vu le contraire ! Je menace Sara d'une mauvaise référence Couchsurfing !

P1120312.JPG

Nous finissions la soirée devant un live de musique, encore !, puis à l'appartement. Les filles sont toujours avec nous, ce qui n'est pas pour me déplaire. Six Italiens, un Hongrois, une Singapourienne (pas sûr !?), deux Allemands, une Anglaise, deux Francais, cocktail d'une bonne soirée. J'ai l'impression de refaire mon Erasmus ! Une discussion me reste gravée : une Italienne qui après quelques minutes m'expliquent qu'elle n'est pas fidèle... ^^

 

PS : résumé de la vie Erasmus : mon hôte ou encore l'Italienne, après le Botellon de la veille, se sont réveillés à.... 20 heures, et enchainent. C'est ce qu'on appelle le rêve Erasmus.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 16:13

Je te vois venir, tu as vu nudiste dans le titre et tu penses déjà voir les photos, pervers ! Ne rêve pas !

 

Tout d'abord, je vais comparer Madrid et Barcelone.... ouh, les habitants des deux villes rivales me regardent d'un air anxieux et menacant ! A Madrid, je n'ai pas trouvé de Couchsurfer prêt à m'accueillir. Une bonne dizaine de demande et pas de réponse positive, quand réponse il y a eu. Heureusement, au dernier moment, je m'apercois qu'un canterburien est à Madrid pour... Erasmus ! Oscar, un francais qui habite en Belgique, étudie en Grande-Bretagne et fait Erasmus en Espagne. Un peu d'Europe à lui tout seul. Je le contacte deux jours avant et il me trouve un canapé... chez ses voisins ! Me voilà rassurer, Madrid peut commencer !

 

Après m'être délesté de mon sac, je parcoure quelques heures l'Ouest de la ville. La Plaza Mayor ressemble à nos grandes places du Nord de la France (ah oui, merci les Espagnols !), puis la Puerta Del Sol. Je vais vers la cathédrale de la Almudena, et juste en face le Palacio Real. Dans le genre beau palais, il y a du niveau. Le fait que la cathédrale soit en face et tout sauf un hasard : cela témoigne de l'importance de la religion et de l'Eglise à l'époque (et encore !). Ensuite, j'erre de jardins en jardins (Sabtini, Parque de la Montana, Campa del Moro, Parque de Atenar...) pour arriver à la Basilique de San Francisco el Grande. En quelques heures, il me semble avoir déjà vu la moitié de Madrid !

 P1120276.JPG

Jeudi soir, je me fais ma première soirée dans la capitale, en compagnie de mon hôte et d'une certaine Mathilde M. dont j'apprécie l'humour grincant (mais il ne faut pas lui dire, ca risquerait d'empirer !). Nous sommes quatre et nous n'avons pas de langages communs, ce qui amène à des conversations étonnantes : ca commence en espagnol, ca se poursuit en anglais et ca se termine en francais, sans que l'on s'en rendent compte.

P1120285.JPG 

Vendredi matin, le Prado. C'est le dernier grand musée que je rêvais de faire, et je l'ai dévoré, de fond en comble. Près de quatre heures de marche à travers les Ménines de Vélasquez et surtout le Tres de Mayo de Goya. Un effet extraordinaire. Une telle intensité dans le regard, l'art de la couleur et de la mise en scène... il n'est pas loin de devenir mon tableau préféré en l'espace de quelques secondes. Un coup de foudre devant un coup de fusil. goya.shooting.jpg

 

S'en suit, le parc del Buen retiro : immense, à s'y perdre. Le thermomètre affiche + 36·C, les batailles d'eaux sont légions, une guerre franco-francaise a lieu à mon flanc droit. L'été semble déjà avoir trouvé refuge dans la capitale espagnole. En avril, ne te découvre pas d'un fil... sauf en Espagne.

Un dernier parc, celui à l'extérieur de la ville, 3 fois Central Park ! Zoo, parc de jeux et... prostituées ! Surprise ! "Do you wanna fuck ?" Euh, non merci, ca va aller ! Des enfants jouent à côté, une fille sort du fossé, un mec aussi quelques secondes plus tard. Je ne tarde pas.

 

Et puis.... la soirée. Attention, attention, es-tu prêt(e) ??

Tout d'abord chinois à volonté. Je parle de nourriture bien sûr, esprit coquin. J'ai fini à 10 desserts, record en jeu. Un carnage. Je pense qu'ils n'ont pas trop gagné d'argent sur mon dos (ou sur mon ventre pour être précis).

Puis le botellon. Invention géniale, une sorte d'apéro géant, officiellement interdit, dans le Parque de la Montana (qui abrite un temple égyptien). Pour vous expliquer, imaginons quelques 600-700 internationaux qui se rencontrent au même endroit pour discuter, boire et faire la fête. Madrid, 3 points. Beaucoup de personnes intéressantes, beaucoup de francais(es) aussi. Les gens sont assez ouverts dira-t-on, pour rester poli. J'ai également croisé un mec qui a voulu me parler "des bofs de Dunkerque qui vont se baigner à Graveline parce que l'eau est à 28·C". Oui oui, et ils pêchent des poissons jaunes fluos à trois têtes et jouent à Spider-cochon... 

7 heures du mat', l'heure de partir, nous sommes les derniers. Oscar a quitté les lieux il y a deux heures, je suis avec mon hôte et Corentin, mec vraiment sympa toute la soirée. Leur idée : partir à l'appart parce qu'il y a trois bouteilles de vodka !

Personnellement, à 8 heures, je tombe. Et à 9 heures, quelqu'un tombe sur moi. Je me réveille en sursaut et voit Corentin, ivre-mort, à poil. Sensation très bizarre. Mon hôte l'emmène finalement dans sa chambre et ils dorment dans le même lit. Ah oui, détail important que Corentin ignorait, mon hôte est homosexuel, quant à Corentin il était hétéro, en tout cas, jusqu'au début de cette soirée. Le reste de leur nuit nous laisse à de nombreuses suppositions avec Oscar.

 

En l'espace d'une journée et demi, Madrid est déjà entré dans mon coeur. Une grande ville certes, mais avec une âme, une ferveur, une telle joie de vivre et de faire la fête. Je pourrais très vite tomber amoureux.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 15:29

Vous devez avoir l'impression que je passe ma vie dans le bus. A chaque article, c'est la même rengaine. Je suis dans le bus et je vous décris le paysage. Vous n'y échapperez donc pas cette fois ! Et pour cause, chaque trajet réserve son lot de surprise et de nouveaux paysages. Ainsi, pour relier Oviedo et Valladolid, il faut traverser une chaîne de montagne (laquelle ? bonne question, cherche toi-même !) Les paysages sont merveilleux. Après une sieste, je me réveille dans un plat pays qui n'est pas le mien. Je croise notamment des champs de panneaux solaires, les premiers que je vois mais sans aucun doute pas les derniers.

 

Les gens m'ont présenté Valladolid comme une grande ville inintéressante. Ca donne envie de s'arrêter ! Mais c'est sur ma route et j'ai une couchsurfing, Maud, belge en année Erasmus, étudiante en histoire, qui devrait être là ! J'utilise le conditionnel en raison de "l'effet Santander" !

 

2,85€, le prix de mon picnic. Le mode tour d'Europe n'est jamais très loin. Je demande quelques conseils touristiques à un groupe d'Allemandes en petite tenue en plein milieu du jardin public. Non, n'ayez pas peur, c'était jolie ! La communication s'effectue en Espagnol ! Même pas peur !

 

Aujourd'hui, je voyage en costar, et avec mon sac sur le dos, je présente une dualité certaine. Beaucoup m'observe attentivement, ne sachant que penser d'un tel accoutrement ! Barney Stinson en voyage, ca envoit ! Vivement qu'on le voit faire du stop !  P1120245.JPG

J'effectue ma visite en solo, dans une ville plutôt sympa. A noter le parc, son université (à côté duquel Lille 3 fait encore plus soviétique que d'ordinaire) et son IMMENSE cathédrale romane. Il voulait avoir la plus grande d'Espagne mais petit problème, il n'avait plus d'argent à la fin... du coup les finitions laissent à désirer ! Ah si, dans cette espace de grande froideur et d'austérité, on entre par... une porte automatique ! Bizarre nos amis espagnols !

 

Maud m'emmène chez elle où je passe la soirée à tenter de régler mon problème madrilène. S'en suit un picnic intérieur avec ses collocs, 22h30, normal. Deux Tchèques, une allemande, une flamande. Et que de l'espagnol ! Je craignais la soirée, à tord. Mon niveau de compréhension me surprend de jour en jour. J'avoue avoir encore un peu de mal à distinguer les temps, mes prises de paroles nécessitent mûre réflexion mais cela n'empêche : je suis sur la bonne voie ! Cervantes, j'arrive !

P1120256.JPG

Partager cet article
Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 14:58

Une fille de Blendecques dans mon bus ! La probabilité était faible ! Né en 1991, elle est passée par Ribot et considère Monsieur Carlier comme son maître. Quelqu'un de bien donc, qui part effectuer son stage du côté d'Oviedo. Oui, je vous embête toujours avec mon bus mais j'y passe un peu de temps !

 

La ville est imposante. A part cela ? Hum, que dire ? C'était bien mais pas extraordinaire. Une cathédrale, le vieux centre-ville... mais pas la chose en plus. Après un picnic en mode tour d'Europe (pain tomate, pain bananes, fraises), je pars pour Avilès. Avi quoi ? Avilès, c'est là que se trouve Paloma, une amie Erasmus !

 

L'espagne est dans l'ensemble un pays catholique plutôt conservateur. La famille de Paloma en est un exemple parfait. Dès notre première conversation ils me présentent le programme de la semaine sainte d'Avilès. Le fils sera dans l'orchestre, la fille est à l'origine de la création d'une procession et le père effectue l'une d'entres-elles, la plus importante. Ils ont déjà fait le pélerinage à Saint-Jacques de Compostelle, visité plusieurs fois Lourdes... Je cache donc mes préservatifs ^^

P1120206.JPGJe visite la ville mardi matin. Contrairement à Oviedo, je considère Avilès charmante. Beaucoup de petites ruelles, des petits vieux assis sur les bancs, qui parlent du temps qui fait, ou qui passe. On entre dans la principale église et là, un miracle. L'Aria de Bach résonne sur l'orgue. Je m'élève au paradis cinq minutes.

Paloma m'expose également une belle tradition : une fois par an, les habitants de la ville mangent ensemble, dans les rues du centre. L'année dernière, ils étaient... 17 000 ! Une table qui continue sur des kilomètres ! Inimaginable !

 

Raquel nous rejoint ensuite. Erasmus, back in the future. On s'offre un restaurant pour l'occasion. Je teste notamment une fabada, spécialité locale. Je reste impressionné par les prix : entrée, plat, dessert, boisson, 8€. Mais surtout quelle vitesse ! 25 secondes d'attente entre l'entrée et le plat, 15 entre le plat et le dessert, chronomètre en main ! Mc Do = escargot.

P1120225.JPGChangement totale avec Gijón et Carolina, rencontrée sur Couchsurfing. On passe l'après-midi ensemble, comme cela se fait souvent grâce au site. Pas besoin d'héberger ou d'être hébergé, certains sont simplement là pour rencontrer du monde de temps à autre. Dès le début, je suis sous le charme. Jolie certes, mais surtout très drôle, active, loquace. Elle me fait découvrir les toilettes de King Kong (une statue.... oui bizarre !), la baie de Gijón, son parc...

On parle de tout et de rien, de ses ex, de mes voyages, de ses expériences Couchsurfing. Ce n'est qu'à la fin de ma visite qu'elle me dit qu'elle préfère les filles, et que c'est écrit sur son profil... ! J'ai pas tout lu ! De ce fait, je me repasse toutes ces histoires pour effacer la tête des garcons que j'avais imaginés et les remplacer par des filles ! Surprise ! Mais du coup je peux l'enlacer longuement lors de mon départ, sans crainte qu'elle ne s'agrippe à ma modeste personne !

Je me suis surpris à avoir plus d'interraction avec cette demoiselle qu'avec mes deux Erasmus du matin, c'est ca aussi le charme de la rencontre.

P1120230.JPG

Enfin, il faut que je vous montre une vidéo des barmans de la région quand ils servent du cidre ! Elle va venir et vaut le coup d'oeil, croyez-moi !

P1120237.JPG

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 18:00

En Espagne, le bus est ton ami. Réseau ultra-développé, prix mesuré, confort assuré. C'est également un bon moyen pour observer le pays à vitesse limité. La route entre Bilbao et Santander longe l'Océan Atlantique. Plages, baies, criques, tout y passe. De l'autre côté de la route, ce n'est que théâtre de verdure et collines vallonnées.

 

A Santander je dois dormir chez Ana, qui m'a dit oui sur Couchsurfing il y a une semaine. Petit problème, je n'ai pas de nouvelles depuis. A la station de bus, pas d'Ana. Le doute s'installe. Je vais au cybercafé (ouf, ca existe encore !) afin de trouver une solution. Ana ne s'est pas connectée de la semaine. Hum, quelle est cette odeur ? Un lapin ?! De ce fait, j'envoie une petite dizaine de SOS à la communauté couchsurfing de Santander, autant de bouteilles jetées à la mer, et j'espère qu'on pourra y lire SOS écrit avec mon air...

P1120142.JPG

Balavoine trotte dans ma tête le temps de la découverte de la ville. Immenses baies, plages, villas. Santander a un air de station balnéaire normande, plutôt richarde. Mon téléphone vibre, numéro espagnol. Louise, francaise, vient à ma rescousse. En plus de m'héberger, elle me guide dans la ville. On passe notamment par l'une des résidences estivales du roi, avec ses pinguins et ses phoques. Une question me vient à l'esprit : pourquoi ne suis-je pas roi ? Il a une vie facile. C'était quoi les études à faire ?

P1120167.JPG

18h30, on déjeune. Là je suis plus espagnol qu'un espagnol. Louise est vraiment sympa. En école d'ingénieure, elle effectue sa dernière année ici pour obtenir le double diplôme. Chose assez rare, elle a trois frères, tout 3 ingénieurs. Ce n'est donc pas une surprise si je vous dit que ses deux parents sont... ingénieurs. Bourdieu et son déterminisme social serait fier !

 

Soirée avec 3 espagnols, des mecs, plutôt caricaturaux du style espagnol. J'ai parfois l'impression que c'est le Rodrigue du Cid que j'ai en face de moi. Je suis notamment une conversation forte intéressante entre un défenseur de Facebook et un opposant. Avantages, inconvénients, bon et mauvais côté, pourquoi et pourquoi pas, tout y passe. Je participe un peu et comprend beaucoup. Je n'en souhaitais pas plus.

P1120171.JPG

Fan de Patrick Dewaere et de Docteur Strangelove de Kubrick, Louise est grandement entrée dans mon estime. Ma nuit et le petit-déjeuner y ont également contribué. Je la remercie à nouveau pour ce sauvetage !

 

Surprenant Santander ! Alors que je souhaite prendre mon bus pour aller vers l'Ouest, POLICE ! Encore ! J'ai l'impression qu'à chaque voyage je me fais contrôler. Ai-je une tête de délinquant ? Aujourd'hui, on me rassure en expliquant que c'est un contrôle de routine. On n'a pas la même notion de routine : prise de mon nom et de ma date de naissance. Qu'est-ce que je fais ? Où je vais ? "Là où la vie me mène, là où mes pieds me traînent..." 

Partager cet article
Repost0

Plus De Blogs